L'année du Mexique en France va d'annulations en incertitudes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/02/2011 à 09H52
L'année du Mexique en France va d'annulations en incertitudes

L'année du Mexique en France va d'annulations en incertitudes

© Culturebox

Le gouvernement français a saisi l'occasion d'évoquer le sort de Florence Cassez, emprisonnée au Mexique pour soixante ans. Il s'agissait de demander, encore et encore, publiquement, son transfèrement en France. Cette attitude a déplu aux autorités mexicaines. Elles sont en train d'annuler de prestigieuses expositions et des venues d'artistes dans le cadre de l'année du Mexique en France. C'est le cas au musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gall, à la Pinacothèque à Paris, et au festival Rio Loco à Toulouse.

Chaque année la France rend hommage à un pays étranger, organisant avec les institutions culturelles, sportives et scientifiques des deux nations de nombreux événements. En 2011, le pays choisi est pour la première fois hispanophone. Plus de 350 manifestations culturelles, mais aussi économiques, scientifiques et universitaires ont été programmées avec le Mexique. Certains événements sont exceptionnels. Ainsi, les trésors qui devaient être exposés à Saint-Romain-en-Gal n'avaient jamais été montrés au public en Europe. C'était sans compter l'impasse dans laquelle se troue la diplomatie entre les deux pays depuis le refus de la justice et des autorités mexicaines de laisser Florence Cassez rentrer en France.

A voir aussi sur Culturebox :
- Travelling Mexico : les cinémas du Mexique
- Cristina Rubalcava, artiste mexicaine déplore la polémique sur l'année du Mexique en France
- Mexicana, un voyage au coeur du folklore mexicain au Grand Rex