Jérôme Bosch : rétrospective d'un fascinant inspirateur des modernes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/03/2016 à 15H11
Rétrospective Jérôme Bosch à Bois-le-Duc aux Pays-Bas, une certaine vision du génie effroyable et envoûtante

Rétrospective Jérôme Bosch à Bois-le-Duc aux Pays-Bas, une certaine vision du génie effroyable et envoûtante

© France 2 / Culturebox capture d'écran

La ville de Bois-le-Duc aux Pays-Bas organise jusqu’au 8 mai 2016 une rétrospective exceptionnelle intitulée "Jérôme Bosch - Visions de génie". 500 ans après sa mort, le peintre néerlandais qui a fasciné de nombreux artistes surréalistes, inspire toujours autant les illustrateurs de bande dessinée et les artistes contemporains.

Pour célébrer le 500e anniversaire de la mort de Jérôme Bosch, Bois-le-Duc (Pays-Bas), sa ville natale, présente une exposition d’envergure au Noordbrabants Museum. Du "Jardin des délices" à "La nef des fous" en passant par "Saint Jérôme en prière" et le fameux triptyque du "Jugement dernier", la rétrospective rassemble 17 tableaux, 19 dessins et 7 panneaux issus de son atelier, prêtés par les plus grands musées du monde, soit les trois quarts de la production subsistante de Jérôme Bosch.  
Saint Jérôme en prière 

Saint Jérôme en prière 

© The Art Archive / The Picture Desk
Obsédé par le péché et le vice, l'univers de Jérôme Bosch est à la fois terrifiant et enchanteur. Ces bizarreries ont largement inspiré les surréalistes et résonnent aujourd'hui encore dans la production BD. 
Les créatures hybrides et inquiétantes peuplent l'univers de Jérôme Bosch

Les créatures hybrides et inquiétantes peuplent l'univers de Jérôme Bosch

© France 2 / Culturebox

L'artiste est disparu il y a tout juste cinq siècles. Alors pourquoi son œuvre a-t-elle traversé le temps sans prendre une ride ? Réponse dans "le choix du 20h" de France 2.

Reportage : Y. Relat / V.Vermont-Gaud, B. De St Jore

Le retour du minutieux peintre néerlandais dans sa ville natale

Jérôme Bosch, de son vrai nom Joeren van Acken, serait né vers 1450 au coeur des Pays-Bas à Bois-Le-Duc. Aujourd'hui, presque toute son œuvre y fait son grand retour. Une vingtaine de grands tableaux comme le triptyque du "Jugement dernier" : 1m60 de large pour plus d'un mètre de haut. Le rouge de l'enfer, le bleu du ciel, ce qui saute aux yeux dans toutes les peintures de Bosch, c'est l'explosion des couleurs, des lumières et aussi la minutie des détails.
 

Le jugement dernier (détail )

Le jugement dernier (détail )

© France 2 / Culturebox

Un monde terrifiant et féerique 

Un monstre au casque menaçant, des hommes cernés d'oiseaux gigantesques, deux oreilles séparées par un couteau :  bienvenue dans l’enfer de Jérôme Bosch, le peintre le plus énigmatique et mystérieux du 15e siècle. On pourrait y voir de la bande dessinée à la manière de Moebius ou du dessin animé produit par Tim Burton, et pourtant toutes ces images sont extraites d'une même œuvre très ancienne : "Le jardin des délices" (conservé au musée du Prado de Madrid).

La religion ominprésente 

A la fois réaliste et imaginaire, l'univers maléfique hante toute l'oeuvre de Bosch. Avec ses démons de l'enfer, il cherche à terrifier le spectateur et à le mettre en garde contre la corruption et le péché.

L’artiste était très pieux, membre de la confrérie de Notre-Dame, et très concerné par les messages moraux et religieux de son temps. Ses tableaux rappellent souvent l’homme face à ses choix de désir ou de la rédemption par le Christ. Les personnages monstrueux de Bosch s’inscrivent comme une menace, une mise en garde pour inciter les croyants à faire le bien. A l'image de son "Chariot de foin" peuplé d'innombrables créatures hybrides qui symbolisent la cupidité et la convoitise.
Le Chariot de Foin (1501-1502) détail du triptyque

Le Chariot de Foin (1501-1502) détail du triptyque

© France 2 / Culturebox

Terrifiant et inspirateur des surréalistes 

Avec des démons de l'enfer, Jérôme Bosch cherche à terrifier le spectateur. Ses symboles de poisson à forme humaine ou homme à tête de lion ont inspiré les plus grands noms de la peinture comme Magritte, Dali ou encore Miro.

Jérôme Bosch inspire les peintres surréalistes dont Magritte

Jérôme Bosch inspire les peintres surréalistes dont Magritte

© France 2 / Culturebox

500 ans après sa mort, Jérôme Bosch n'a pas fini de surprendre et d'intriguer le visiteur.