Jeanne Bordeau décrypte l'actualité 2016 avec "Mille mots"

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 28/02/2017 à 11H44, publié le 28/02/2017 à 10H50
Jeanne Bordeau devant un de ses tableaux

Jeanne Bordeau devant un de ses tableaux

© France 3 / Culturebox

Le théâtre des Quinconces au Mans accueille jusqu'au 15 mars l'exposition "Les 1000 mots 2016" de Jeanne Bordeau. Cette linguiste découpe dans des journaux les mots qui font la Une de l'actualité, puis elle les assemble dans des tableaux qui oblige le visiteur à prendre du recul.

Il en va des mots comme des êtres humains, il y a ceux (l'immense majorité) qui tiennent leur place dans le quotidien, et ceux qui se retrouvent dans la lumière, les mots stars, que l'on va prononcer de manière répétée parce qu'ils sont soudain dans l'actualité.

Et les exemples de mots stars ne manquent pas. Prenez "Vuvuzela". Avant la Coupe du monde de football en Afrique du Sud en 2010 combien de gens connaissaient l'existence de cette corne de 70 centimètres utilisée dans les années 90 par les supporters des clubs de Soweto ?

Il a suffit d'une coupe du monde au retentissement planétaire pour que 6 milliards d'humains, ou presque, découvrent cet objet dont le son bourdonnant et obsédant exaspérait les joueurs sur le terrain... et les télespectateurs.

Mais 7 ans après "Qui se souvient de "vuvuzela" ? interroge Jeannne Bordeau. Cette artiste styliste du langage a choisi de garder la mémoire de ces mots qui ont la vie d'une étoile filante, car tout va tellement vite.

Je vais collecter les mots les plus répétés ou les mots qui tracent l'année, qui signent l'émotion de l'année.


Reportage France 3 Maine : W. Colin / C. Massé / J. Cullerier

Analyse d'un renoncement

Les tableaux de Jeanne Brdeau ne sont pas qu'un simple collage aléatoire mais il font sens, bien évidemment. Ainsi, "Renoncement" que l'on imagine inspiré par la décision de François Hollande de ne pas se représenter à la présidentielle est-il composé de mots comme "Adieu", "Deux gauches", "Gayet", "Macron" "Fin de règne" etc...

"On voit très bien que le Grand Débat a été de dire, dans cette France populiste, dans cette colère, dans cette population qui dit : "on ne vous croit plus", quelle est la vérité. On sait maintenant que la vérité est débattue, parce que sur les réseaux sociaux on manie beaucoup d'émotions et que l'émotion donne une opinion publique qui vient contre-débattre des faits rationnels".

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !