Jean-Jacques Rousseau ce grand malade, à découvrir à Chambéry

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/04/2012 à 17H26
Jean-Jacques Rousseau par Maurice Quentin de La Tour - 1753

Jean-Jacques Rousseau par Maurice Quentin de La Tour - 1753

© DR

On fête cette année le tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau. L'occasion de mieux connaître l'auteur des "Confessions" mais aussi l'homme qui se plaignait de nombreux maux. Une exposition itinérante intitulée "le Cas Rousseau" est ainsi proposée dans le hall du centre hospitalier de Chambéry jusqu'au 20 avril. Présentée sous la forme de quatre cabinets de curiosités, elle se veut un hommage à Rousseau tout autant qu'un message d'espoir pour ceux qui souffrent au quotidien.

La maladie a tenu une place prépondérante dans la vie de Jean-Jacques Rousseau mais aussi dans ses écrits, poussant le philosophe à raconter dans les moindres détails ses symptômes et leurs traitements. Pour certains, cette propension traduit le besoin d'être reconnu dans ses souffrances et de donner à ses détracteurs des explications sur certains de ses comportements. Ainsi, son fréquent besoin de sortir pour uriner l'aurait tenu écarté des salons parisiens, et l'aurait même empêché de se présenter devant le roi à Fontainebleau. On le prétend cynique, hautain, voire calculateur ? Il répond que c'est la maladie qui le pousse à être ainsi. Et pourtant, il reconnaît : "Quand je suis malade, je suis têtu comme un âne, quand on m'offre un breuvage que je n'ai pas demandé, je le jette volontiers au nez de ceux qui l'apportent".  Jean-Jacques Rousseau aurait bien souffert d'une maladie, la porphyrie aiguë intermittente. Il s'agit d'une anomalie génétique qui se traduit par des troubles abdominaux et neuropsychiques qui surviennent entre vingt et quarante ans. Son cas a beaucoup intéressé les médecins, psychiatres et psychanalystes. Comment pouvait-il en être autrement quand on lit les mots de Rousseau : "Je naquis infirme et malade ; je coûtais la vie à ma mère et ma naissance fut le premier de mes malheurs...".

Après Chambéry,  l'exposition itinérante sera ensuite présentée à l'Hôpital Saint-Joseph-Saint Luc de Lyon du 25 avril au 28 mai, puis au CHU de Grenoble du 1er juin au 15 juillet et enfin aux hôpitaux universitaires de Genève, ville dont Rousseau était citoyen, du 5 septembre au 30 novembre.

"Le cas Rousseau - Je suis né infirme et malade" - Hall d'accueil du centre hospitalier de Chambéry jusqu'au 20 avril 2012 - Entrée libre - Renseignements : 04 79 96 59 98