Jean-Baptiste Seckler nous offre un autre regard sur le portrait

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 07/09/2009 à 11H58
Jean-Baptiste Seckler nous offre un autre regard sur le portrait

Jean-Baptiste Seckler nous offre un autre regard sur le portrait

© Culturebox

Jean-Baptiste Seckler expose ses oeuvres à Paris dans le 11ème arrondissement chez Dorothys Gallery ( 27, rue Keller - 75011) du 9 juillet au 26 septembre 2009, l'entrée est gratuite.

Si l'Art du portrait tient une place particulière dans l'histoire de l'Art, c'est que la représentation du visage humain relève de l'épreuve d'artiste. Un petit exercice est généralement proposé aux étudiants de Beaux-Arts, il concerne les proportions du visage humain. La fameuse règle du "un tiers" grâce à laquelle on peut segmenter tous les visages en trois parties rigoureusement égales. Le premier tiers va du haut du crâne au sourcil, le second du sourcil à la base du nez, et le dernier descend jusqu'à la chute du menton. Le tiers du milieu recouvre la totalité en longueur des appendices nasal et auditifs, autrement dit, côté face : le nez, et côtés profils : les oreilles. Ainsi le jeu consiste à s'assoir dans une rame de métro ou un bus, et à observer les visages qui se présentent. Quelques soient les étrangetés ou les singularités proposées par la nature, du nez patatoïde, aux oreilles tête de choux, en passant par le menton qui se fait la malle, tous présentent les mêmes proportions. Ainsi un Mickaël Jackson de l'époque afro d'ABC et celui de l'époque post-opératoire d'Invincible respectent rigoureusement ces mêmes proportions. Autant dire que dans le visage tout se joue au millimètre et doit être retranscrit au dixième de millimètre. Un microscopique bout de nez en plus, et vous êtes Cléopatre, un dixième de bout en moins, et vous êtes Mickaël Jackson. Il faut donc reproduire avec une exactitude chirurgicale chaque trait, chaque muscle, chaque courbe, pour restituer à Mona Lisa son fameux sourire ou à Mike Tyson son regard de tueur. Seuls les caricaturistes peuvent jouer de ces proportions, mais là aussi, leur art exige une maîtrise absolue.