[INTERVIEW] Hélène Nougaro, quand l'art est là !

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/03/2015 à 11H20
Hélène Nougaro aime les musées comme le Mucem

Hélène Nougaro aime les musées comme le Mucem

© DR

A partir du 2 avril, Hélène Nougaro expose les oeuvres du peintre Dan Barichasse dans une étroite galerie du Quartier Latin. C'est là que depuis un an, la veuve de Claude Nougaro accueille des artistes contemporains encore méconnus du grand public. Une mission entreprise au lendemain de la date anniversaire de la disparition de son mari (en mars 2004). Claude Nougaro était un grand amateur d'art.

Auteur, interprète, poète, Claude Nougaro était, lui aussi, un passionné d’art. Pour Hélène Nougaro cette galerie est une façon de poursuivre la vie à deux par-delà l’absence. L’évocation du poète toulousain se fait d’ailleurs parfois au présent dans l'entretien qu'elle nous a accordé.

Qui est Dan Barichasse et pourquoi avoir choisi d’exposer son travail ?
Dan Barichasse est né au Maroc, il m’a été présenté par un ami réalisateur. Je suis allée à son atelier de Montreuil et j’ai, d’un coup d’œil, compris que j’aimais ce travail. Derrière sa peinture, c’est le mystère de la matière que j’entrevois, la peinture est "cosa mentale" disait Léonard de Vinci, Dan Barichasse en est une preuve vivante. L’homme et sa peinture ont une classe naturelle et une spiritualité évidente.
Tableau de Dan Barichasse © DR
                     
Entre ces murs, des peintres succèdent aux sculpteurs qui cèdent eux-mêmes leur place aux plasticiens ou encore aux designers. Votre galerie s’ouvre sur un large horizon d’artistes…
C’est vrai, cela fait plus de neuf mois que je programme, j'ai rencontré des personnes passionnantes. Je suis allée en Macédoine voir un sculpteur, Zarko Baseski qui a exposé à la Galerie, c'est un« grand », je pense qu'on en entendra parler dans les années à venir.
Hélène Nougaro devant une oeuvre de Baseki © DR
Juste avant, c'était un designer grec, Spiros Kontakis. Je n’ai pas de ligne directrice pour le moment, juste des coups de cœur. Je me laisse encore du temps pour arrêter mon « style » mais je me laisse la liberté de ne pas en avoir.
Spiros © DR
Comment a germé en vous l’idée de cette galerie d’art ? 
Je n’avais jamais imaginé ouvrir un jour une galerie. Il se trouve qu’un jour j’ai eu la chance de croiser sur mon chemin, Jean-Marc Natel, poète et collectionneur qui m'a fait rencontrer de grands artistes, il m'a amenée dans des ateliers, des galeries, des salles de vente, il a formé mon œil. J'ai commencé alors à acheter de la peinture assez régulièrement.

Et puis…
Un soir d’été, mon voisin, Jacques Boni, propriétaire d'un cabaret très célèbre, « Les Trois Mailletz » où se sont produits les plus grands musiciens de jazz me propose de m'occuper de sa galerie, J'ai réfléchi mais pas très longtemps, je connaissais les difficultés de cette nouvelle expérience mais la possibilité d'exposer des artistes que j'aime, de faire découvrir leur talent l'a emporté.

En mai 2014, soit dix ans après la disparition de Claude Nougaro vous inauguriez cette galerie, une date symbolique. D’ailleurs, on a le sentiment que dans cette « entreprise » vous associez votre ancien mari…
Le premier artiste que j'ai exposé s'appelle Arthur Djoroukhian. C'est un artiste russe qui travaille à Poitiers. Depuis dix ans, il peint des barils de pétrole. « Bidon, bidon, bidonville »…. Claude Nougaro ne l'a pas connu, j’étais son épouse, j'ai vécu vingt ans avec lui.
Arthur Djoroukhian , « bidon, bidon, bidonville » ---- © DR
Claude Nougaro dessinait. Il disait souvent que les mots et les notes étaient ses pinceaux, ses couleurs…
Le trait de Claude Nougaro était d’ailleurs souvent comparé à celui de Jean Cocteau. Dans son dessin, il y avait la vie. Claude est artiste. Il a voué sa vie à la beauté et si je suis aujourd’hui ici, dans cette galerie d’art, c’est parce qu’un jour de mars 2004 je l’ai rencontré au bord d’une piscine de St-Denis de la Réunion. « Le hasard est une loi qui voyage incognito ». Je respecte donc mon destin en présentant des artistes et en voulant les aider.
 
* Galerie Mailletz- Hélène Nougaro, 17 rue du Petit Pont, 75005 Paris 
Téléphone+33 (0) 6 80 45 32 82  
Exposition à venir, Dan Barichasse « Peintures » du 2 avril au 23 mai 2015
Horaires d’ouverture : du mardi au samedi de 14h30 a 19h et sur rendez vous.