Gravures de Rembrandt : le délicat travail de préparation avant l'exposition

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 22/09/2017 à 20H12, publié le 19/09/2017 à 16H13
Un délicat travail de préparation

Un délicat travail de préparation

© France 3 / Culturebox

Les 68 gravures de Rembrandt récemment acquises par la Fondation Glénat seront exposées au couvent Sainte Cécile de Grenoble à partir du 19 octobre. Dans cette perspective, des spécialistes sont chargés de préparer ces œuvres rares puis de les encadrer sobrement pour les mettre en lumière dans les meilleures conditions possibles.

Quand il s'agit d'exposer au yeux du public un trésor comme celui rassemblé par l'Américain Neil Kaplan depuis 1984 et acquis par la Fondation Glénat pour le Patrimoine et la Création, la plus grande délicatesse est requise.

Il faut d'abord préparer les œuvres. Valérie Sizaire est restauratrice en art graphique. C'est elle qui doit, du temps, réparer les outrages. Mais justement, si les gravures ont eu à souffrir c'est souvent de la main de l'homme. Lors des précédents encadrements, "ils avaient utilisé des scotchs pour les fixer sur le carton. Il en reste des bouts repliés qu'il faut éliminer car, à la longue, ils vont provoquer une tâche assez importante dans le papier puisque la colle va migrer dans le papier, la partie plastique va tomber et la tâche dans le papier sera irréversible". Pas question pour Valérie Sizaire de retoucher ces gravures vieilles de quatre siècles. Mais il est nécessaire de consolider le papier en certains endroits.

Reportage : France 3 Alpes : G. Ragris / V. Habran / M. Ducret
Franck Reynaud est encadreur à Grenoble. Il a choisi un verre "presque à 100%... à 95% anti-UV" pour protéger au mieux ces œuvres rares. Quand on lui demande ce qu'il ressent en touchant du doigt ces eaux fortes du maître hollandais, il répond : "C'est assez magique ! On les a sous les yeux, on les manipule, on les admire. On sait qu'elles vont être regardées par des centaines de gens... Il y a un petit côté émouvant quand même."

La plupart de ces gravures seront exposées à partir du 19 octobre et jusqu'au 16 décembre au couvent Sainte-Cécile, à Grenoble.