Gado et Zunar, prix international du dessin de presse : le prix du courage

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/05/2016 à 16H41
Zunar devant une de ses caricatures

Zunar devant une de ses caricatures

© France 3 / Culturebox

Gado le Tanzanien et Zunar le Malaisien ont reçu hier à Genève le Prix international du dessin de presse des mains de Kofi Annan. Un prix qui récompense autant le talent que le courage. Car ces deux dessinateurs continuent à exercer leur métier bien que l'un ait été licencié suite à la parution d'une caricature, et que le second soit menacé de 43 ans d' emprisonnement.


C'est impossible de rester neutre. Un artiste doit pousser les gens à aller au-delà de leurs peurs.

Pour Zunar, la question de dénoncer les abus de pouvoir dans son pays ne se pose pas. Elle s'impose. Il s'agit d'un devoir. Depuis 60 ans la Malaisie est aux mains d'un parti unique, et la corruption règne en maitre. Impossible d’émettre la moindre critique: les médias sont muselés par le gouvernement. En publiant ses caricatures sur Internet Zunar prend donc le risque d'être poursuivi en justice et c'est ce qui lui arrive: sous le coup de neuf chefs d' inculpation, accusé de sédition, il encourt jusqu'à 43 ans de prison. Son procès s'ouvrira le 14 juillet prochain.

 


Pour Gado la publication d’un dessin représentant le président de Tanzanie en empereur romain, entouré de trois grâces, Copinage, Incompétence et corruption, lui a été fatale. Sous la pression exercée par le gouvernement de Nairobi, son groupe de presse l’a remercié. Il a été prié d’aller dessiner ailleurs.
 

Dessin de Gado - Janvier 2015

Dessin de Gado - Janvier 2015

© France 3 / Culturebox


 

On se dit que ce qui n'est pas bon pour la démocratie, c'est excellent pour la caricature

C'est ainsi que le dessinateur Plantu, fondateur de l'association Cartooning for Peace définit le rôle éminemment politique de la caricature. Et il espère bien, avec Patrick Chapatte vice-président de l'association, que la remise de ce prix va faire bouger les lignes. Attirer l'attention de la communauté internationale, c'est agir en contre-pouvoir, et mettre en lumière la manière dont certains dirigeants bafouent les droits de l'homme et la liberté d'expression. Quand Zunar se présentera à son procès, ses juges auront matière à réfléchir avant de le condamner. 
En 2014, le syrien Hani Abbas, suite à la reconnaisance obtenue grâce à son prix, avait bénéficié de l'asile politique en Suisse.
 

Exposition internationale du dessin de presse à Genève

Exposition internationale du dessin de presse à Genève

© France 3 / Culturebox



Le prix international de la presse est remis tous les deux ans à Genève. Il s'accompagne d'une exposition présentant les dessins de Gado et Zunar, ainsi que de quatre autres dessinateurs membres de Cartooning for Peace.