Feuilleton : Plumes et merveilles précolombiennes, d'Auch au musée du Quai Branly

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/01/2017 à 10H41, publié le 03/01/2017 à 15H47
La plume avait une symbolique très forte dans les sociétés précolombiennes

La plume avait une symbolique très forte dans les sociétés précolombiennes

© Capture d'écran France 3/Culturebox

Les deux plus grandes collections d’art précolombien de France du musée des Jacobins d’Auch et du Quai Branly s’associent. En résulte une superbe exposition autour de la plume et de sa symbolique, visible jusqu'au 29 janvier. À cette occasion, France 3 Midi-Pyrénées retrace l’histoire de la collection auscitaine, de sa découverte par un aventurier local jusqu’à son exposition à Paris.

Des tableaux en plumes, des objets, des céramiques précolombiennes... Des centaines de pièces sont en temps normal conservées à Auch. Mais à l’occasion de l’exposition "Plumes, visions de l’Amérique précolombienne" au musée du Quai Branly, la deuxième collection de France s’exporte à Paris. Un voyage enrichissant à travers plusieurs siècles d’histoire.

Episode 1 : L’une des plus belles collections précolombiennes de France… à Auch

Comment des centaines de pièces rares précolombiennes se sont-elles retrouvées à Auch, dans le Gers ? Fabien Ferrer-Joly, conservateur du musée des Jacobins, dévoile l'histoire de cette collection particulière, commencée au XXe siècle par Guillaume Pujos (1852-1921), un aventurier et tailleur auscitain. Parti s'expatrier en Amérique du Sud durant 30 années, cet amateur éclairé reviendra avec des petites merveilles, léguées au musée à son décès. 

Reportage : J. Valin / E. Coorevits / M. Dailly


Episode 2 : Les dessous du transport d'objets d'art

Quelque 46 œuvres ont été confiées à une entreprise spécialisée dans le transport d’objets d’art. Car les pièces sont fragiles et nécessitent un soin particulier, pour les protéger des moindres chocs et frottements. Avant leur acheminement en camion vers Paris, où les attendent les équipes du musée du Quai Branly, les toiles et objets sont précautionneusement emballés. Ils sont ensuite déposés dans des caisses hermétiques et capitonnées, sous le regard concentré de Rosy Frauciel, chargée des réserves du musée des Jacobins, et de Fabien Ferrer-Joly, le conservateur. Un travail minutieux qui peut parfois connaître quelques difficultés …

Reportage : J. Valin / E. Coorevits / M. Dailly

Episode 3 : De l’installation à l’ouverture au public, chronique d'une exposition exceptionnelle

Après 10h de transport en camion, les 46 œuvres du musée d’Auch sont fin prêtes pour leur installation parisienne. Le conservateur Fabien Ferrer-Joly a carte blanche pour les mettre en valeur, dans un espace de 150 m2 au cœur du musée du Quai Branly. Avec un million et demi de visiteurs par an, ce dernier est une formidable vitrine pour les collections du musée des Jacobins. Certaines pièces n’ont jamais été présentées ; les visiteurs les découvrent pour la première fois lors du vernissage et admirent le clou du spectacle, le tableau de "La messe de Saint-Grégoire", chef d’œuvre précolombien. Une organisation pointue qui ne doit rien au hasard. Car comme le raconte Hélène Fulgence, directrice des expositions du Musée du Quai Branly - Jacques Chirac, les deux institutions ont commencé à travailler ensemble il y a plus d’un an. 

Reportage : J. Valin / E. Coorevits / A. Belderrain / J. Mier / M. Dailly