Lille 3000 : la chevauchée « Fantastic »

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/02/2012 à 15H13
Des sculptures de Nick Cave à Miami. C'est lui qui orchestrera la parade 2012.

Des sculptures de Nick Cave à Miami. C'est lui qui orchestrera la parade 2012.

© SIPA

"Lille 3000" continue en 2012, avec toute une série de manifestations léchées et hautes en couleur. Les organisateurs dévoilent leur programme, intitulé « Fantastic ».

Les manifestations débuteront le 6 octobre prochain, avec une parade imaginée et orchestrée par l'Américain Nick Cave, venu de Chicago. Le père du fameux "lapin rose" qui a accompagné Martine Aubry pour ses voeux, c'est lui !!!! D'autres créatures, géantes, fluos et poilues, devraient dominer la foule le long de la rue Nationale et de la rue Faidherbe, pour le grand défilé qui donnera le coup d'envoi de la saison. Elles s'installeront ensuite en résidence dans la Gare Lille Europe : avec tous ses courants d'air, l'édifice ne pouvait accueillir autre chose que des créatures à fourrure ! 

Pléthore d'autres artistes, tous plus farfelus et déjantés les uns que les autres, investiront la capitale des Flandres pour lui donner des touches arc-en-ciel, et des accents d'un autre monde : ainsi, Théo Mercier et son univers étrange à la Tim Burton, peuplé de sympathiques squelettes et de chimères fascinantes, à la fois répugnantes et d'une étrange beauté, a choisi la rue Faidherbe comme galerie à ciel ouvert.

Ross Lovegrove s'occupera de faciliter l'accès des extraterrestres au grand hall de la Gare Lille Flandres, où une soucoupe volante de son invention prendra le relais des TGV. Fujiko Nakaya a prévu d'adjoindre un compagnon venu d'un autre monde, à la "Sculpture Tulipes" de la Place François Mitterrand, bien seule depuis Lille 2004. Son projet : une immense nappe de brouillard mouvante, qui évoluera au gré du passage des piétons, du temps qu'il fera, de l'heure, de la luminosité ambiante etc... Le Parc Lebas, lui, a été dévolu à Priscilla Monge, qui a choisi d'en faire un terrain de football surréaliste, pétri de creux et de bosses : bien malin celui qui parviendra à y dribler ! Jean-François Fourtou, qui porte bien son nom, a imaginé de son côté des constructions issues d'une dimension où tout le monde fait tout à l'envers, où l'on marche au plafond et où l'on boit son thé la tête en bas : ses maisons renversées, et renversantes, amuseront aussi bien les petits enfants que leurs parents, en parachutant toute la famille au Pays des Merveilles. Exactement là où Lewis Carroll a envoyé Alice avant nous.

Fantômes, spectres et revenants
Mais les mutants et les habitants du 36e siècle après Jésus-Christ ne seront pas les seuls à investir la plus grande ville du Nord : les fantômes, les spectres et autres revenants seront là aussi, pour joindre le passé au futur : dans les pierres séculaires de la Vieille Bourse, on verra des ombres et des lueurs inexpliquées traverser les pièces de façon aléatoire, des mains sans corps soulever les rideaux grace à l'intervention de Meggie Schneider, tandis qu'en face, sur la Grand Place, Olga Kisseleva prendra le contrôle du temps : l'aiguille de l'imposante horloge adaptera sa vitesse aux émotions des passants...

Enfin, les plus grands visionnaires des siècles passés reviendront nous faire partager leurs fantasmes sur l'avenir : ainsi, les pieuvres monstrueuses de 20 000 lieues sous les mers viendront se coller aux plafonds de l'Hospice Contesse, et dominer les visiteurs de leurs tentacules démesurées, très bel hommage involontaire de Huang Yong Ping à l'univers "Fantastic" de Jules Verne... pendant ce temps, dans l'église Sainte-Marie Madeleine à Lille, une sorte d'anémone des mers géante et phosphorescente, faite de milliers de petites feuilles lumineuses, vivantes et réactives, s'ouvrira à l'approche des curieux comme l'une de ces espèces carnivores à la beauté vorace et glaçante que l'on observe dans le tréfonds des jungles. En parallèle, le "Nemo Observatorium", référence directe cette fois ci à l'oeuvre de Jules Verne, donnera à vivre aux amateurs une expérience visuelle et sensorielle inédite : confortablement installé dans un fauteuil, au centre d'un cylindre de verre, vous pourrez actionner un interrupteur qui déclenchera des bourrasques de minuscules petites billes de polystyrène autour de vous. Au dehors, vos proches vous croiront en plein chaos. Au dedans, vous serez comme hypnotisé par les sensations, génératrices au contraire d'une grande plénitude intérieure.

Mille et une autres surprises sont prévues, impossible bien sûr d'être exhaustif sur une manifestation d'une telle ampleur, où sont conviés de surcroit des artistes aux méninges en surchauffe permanente, qui créent et inventent des nouveautés d'une seconde à l'autre ! Mais une chose est sûre : à partir du 6 octobre 2012, Lille vaudra le détour, et pas qu'un.