Exposition du douanier Rousseau à la fondation Beyeler de Bâle

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/02/2010 à 09H41
Exposition du douanier Rousseau à la fondation Beyeler de Bâle

Exposition du douanier Rousseau à la fondation Beyeler de Bâle

© Culturebox

La fondation Beyeler de Bâle commémore le centenaire de la mort du douanier Rousseau en accueillant jusqu'au 9 mai 2010 une exposition consacrée au peintre visionnaire, peintre autodidacte et fondateur sans le savoir de l'art moderne.

Il imaginait des lions en Amérique du Sud, passait ses journées au Jardin d'acclimatation et au Jardin des Plantes pour en revenir avec des tableaux représentant une jungle plus luxuriante que la vraie. Il recopiait les animaux exotiques sur les images trouvées dans les plaquettes de chocolat et n'avait aucune idée des règles de la perspective. C'était le douanier Rousseau. En fait, Henri Julien Félix Rousseau n'a jamais été douanier, il occupait un poste de contrôle à l'un des octrois de Paris. Son ami Alfred Jarry, le père d'Ubu, lui donna ce surnom de douanier qui lui est resté jusque dans l'histoire de la peinture. L'avant-gardisme de son style lui fermait la porte de tous les grands salons importants. Seul le Salon des Indépendants a finit par l'accepter, il n'y avait pas besoin, en effet, de passer devant un jury pour pouvoir y participer.
Scandaleuse pour la bourgeoisie de son temps, la peinture du douanier Rousseau a été reconnue par tout ce que son temps comptait d'artistes passés à la postérité. Il fut ainsi l'ami de Jarry, comme on l'a vu, mais aussi de Matisse, Derain, Delaunay, Apollinaire et Picasso. Bien qu'autodidacte, le douanier Rousseau, avait toute conscience de la valeur de son travail et du progrès qu'il apportait à l'art pictural. Il est mort à Paris le 2 septembre 1910.


Voir ou revoir aussi sur Culturebox :
- la vidéo "Ubu : d'Alfred Jarry à Miro"
- la vidéo consacré à André Derain
- les vidéos avec Picasso
- la vidéo "les fauves hongrois, élèves de Matisse"