Évacuation du bâtiment de l'École des Beaux-Arts occupé par Nuit Debout

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/05/2016 à 20H00
L'Ecole des Beaux-Arts à Paris.

L'Ecole des Beaux-Arts à Paris.

© Bruno Levesque / MaxPPP

Un bâtiment de l'École des Beaux-Arts, à Paris, était occupé depuis jeudi soir par des étudiants et des partisans du mouvement Nuit Debout opposés à la loi travail. Il a été évacué samedi matin, a-t-on appris de source policière.

"Notre œuvre: la chute du régime", proclamait une banderole affichée en haut du vaste bâtiment envahi jeudi par les militants, au soir d'une manifestation contre la loi travail qui a rassemblé dans la capitale entre 11.500 et 12.500 personnes selon la police, 50.000 selon la CGT.

La police a évacué les manifestants samedi matin. "Nous avons agi sur réquisition. Une trentaine de personnes ont été sorties du bâtiment, tout s'est passé dans le calme", a précisé la source policière. Il n'y a pas eu d'interpellation.

Cantine, dortoir, les étudiants s'étaient approprié un vaste bâtiment de l'école située à quelques centaines de mètres de l'Assemblée nationale, et avaient prévu de "pérenniser l'occupation" et de s'organiser en différentes "commissions", telles que "com", "entretien" ou "medic".

"C'est un lieu de contestation contre la loi travail, contre le 49-3 et contre les violences policières. Le but, c'est de pérenniser l'occupation", avait expliqué à l'AFP Quentin, de la "commission presse" de Nuit Debout.

Un lieu "hautement symbolique"

L'École des Beaux-Arts, "c'est hautement symbolique parce que c'est un lieu qui a été occupé pendant mai 68. On va se servir du matériel des Beaux-Arts pour faire des affiches", comme ce fut le cas à l'époque, avait déclaré Quentin.

Depuis le 31 mars, les militants du mouvement citoyen Nuit Debout à Paris se rassemblent chaque soir sur la place de la République, où sont organisées des assemblées générales.