Erhard Stiefel fait tomber les Masques au Théâtre Garonne

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/11/2009 à 15H08
Erhard Stiefel fait tomber les Masques au Théâtre Garonne

Erhard Stiefel fait tomber les Masques au Théâtre Garonne

© Culturebox

Erhard Stiefel est ce qu'on appelle un facteur de masques. Des masques qu'il collectionne depuis de nombreuses années. Il a enfin accepté de les montrer au grand public dans une exposition intitulé "Masqué", organisée au Théâtre Garonne à Toulouse du 23 novembre au 16 décembre 2009.

A 70 ans, Erhard Stiefel est LE spécialiste du masque et fait d'ailleurs partie de la confrérie très fermée (et réduite : ils ne sont que 65 en France) des "Maîtres d'art", nommés par le Ministère de la Culture. Formé aux Arts Appliqués de Zurich, puis à l'école des Beaux-Arts de Paris, Erhard Stiefel a fait ses débuts au cinéma et au théâtre comme sculpteur de décors. C'est là aussi qu'il a fabriqué ses premiers masques, destinés à des ombres chinoises. Fasciné par cet art, il voyagera à Bali et au Japon en 1962-63 pour parfaire ses connaissances. C'est Issey Miyake qui va lui faire rencontrer les familles liées au théâtre Nô. Elles le choisiront pour recréer certains masques. En France, il travaillera avec Béjart, Vittez, Mnouchkine et au cinéma avec Tim Robbins. Pour lui, "le masque doit être très simple...j'aime qu'on oublie le masque". Une conception qu'il a mise en pratique pour la pièce d'Alfredo Arias, "Peines de coeur d'une chatte anglaise" (1999). Il travaillera durant un an pour mettre au point un procédé à base de tissus de lin rigidifiés, qui permet d'obtenir des masques animaliers ultra-légers, qui n'altèrent pas le son de la voix.