"Dragonland" : de la mythologie à l'héroïc fantasy, le dragon dans tous ses états

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/06/2017 à 10H01, publié le 27/06/2017 à 12H24
Dragonland, exposition image principale © José Cañavate Comellas

Du seigneur des Anneaux à Eragon en passant par Game Of Thrones, les dragons sont bien présents dans notre culture populaire. Si bien que nous avons tous déjà vu ou imaginé ces créatures à la fois étranges et fascinantes. Mais, au fait, d’où viennent les dragons ? Jusqu’au 31 août, Dragonland, une impressionnante exposition pour toute la famille nous emmène aux tréfonds de leur univers...

Comme chez Disneyland

Dès que l’on pénètre dans l’enceinte de l’exposition, porte de Versailles, l’ambiance est presque inquiétante : on entend rugir, au loin, ce que l’on pourrait prendre pour une meute de lions ou d’ours, mais ce sont bien des cris draconiques qui nous font frissonner. 

Porte d'entrée de l'exposition

Porte d'entrée de l'exposition

© Yohann Perez

Une porte devant nous finit par s’ouvrir, nous invitant à nous installer dans une pièce sombre. L’exposition commence : une projection astucieuse et soignée nous introduit dans la création et l’imaginaire d’enfants et d’adultes cherchant à créer un dragon à partir d'animaux qui nous entourent. Une animation originale, captivante et ludique.

Chaque salle a sa couleur et un thème propre : de la plus ancienne représentation d’un dragon à son évolution au fil des époques, en passant par la diversité géographique de l’animal, le dragon nous est présenté dans tous ses états ! Le papa d'un petit visiteur de 7 ans s’étonne : « Alors que je pensais qu’ils venaient que de la culture asiatique, les dragons viennent en réalité de toutes les parties du monde ».

Dragonland, visiteurs © José Cañavate Comellas

Le clou du spectacle arrive dans la deuxième partie de l’exposition et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il fait l’unanimité : 30 dragons animés et grandeur nature s'ébattent et impressionnent enfants et adultes. 
Un père et son fils admirent une dragonne : il n'y a pas d'âge pour s'émerveiller 

Un père et son fils admirent une dragonne : il n'y a pas d'âge pour s'émerveiller 

© Yohann Perez
Si cette allée des dragons peut paraitre redondante et parfois un peu toc, aucune des créatures ne se ressemblent : de différentes espèces –et donc de tailles- on est surpris par leur diversité.
 
Dragonland brise les codes habituels des expositions : mi-musée, mi-parc d’attraction à la sauce Disney, le déplacement dans l’exposition est aussi singulier : il faut monter sur un pont pour voir un dragon de plus près ou encore prendre place à bord d'un caroussel réservé aux plus jeunes. à la fin de l'exposition. 

Dragonland, caroussel © José Cañavate Comellas

Des dragons ultra tendance

Presque omniprésents dans les livres, les séries TV ou encore le cinéma, les dragons rassemblent toute une communauté d'amateurs du genre d'héroic fantasy. Dragonland attire donc aussi bien les enfants que les passionés du genre, comme Joy 25 ans, fan de dragon ou encore Claire 55 ans qui nous confie avoir vu d'autres expositions sur le thème mais pas aussi réussies que celle-ci. 

Réalisation de Ciruelo Cabral, maître incontesté du dessin fantasitique. Ses oeuvres sont présentés dans l'exposition et ont aussi servi de modèles à la réalisation des dragons animés. 

Réalisation de Ciruelo Cabral, maître incontesté du dessin fantasitique. Ses oeuvres sont présentés dans l'exposition et ont aussi servi de modèles à la réalisation des dragons animés. 

© Ciruelo Cabral

Fantastiques ? Pas forcèment. Si les dragons plaisent tant, c'est aussi parce qu'ils peuvent être mis en parallèle avec notre monde : dans "Game Of Thrones", série à succès de HBO, les dragons caractèrisent une force surnaturelle et puissante. Dans le film "le Hobbit, la désolation de Smaug" de Peter Jackson, adapté du livre éponyme de J.R.R. Tolkien, "Le Hobbit", Smaug, le dragon incarne en quelque sorte le but du voyage du Hobbit et de ses compagnons : un monstre terrifiant qu'il convient de terrasser, une sorte de boss suprême comme on pourrait le vivre dans les jeux vidéos. 

Les enfants se font attendre 

Si l’exposition a ouvert ses portes fin mai, peu de visiteurs étaient présents en ce mois de juin : c’est dans des salles quasi désertes, presque en tête-à-tête avec les dragons que les premiers curieux ont pu vivre l'expérience. 

Pourtant, les véritables cibles de l’exposition sont bien les enfants et ceux présents ce jour là étaient ravis. Un audioguide distinct des adultes leur est même proposé, avec une version allégée de quelques explications historiques ou mythologiques. 
Un enfant de 6 ans semble avoir trouvé un dragon à sa taille... 

Un enfant de 6 ans semble avoir trouvé un dragon à sa taille... 

© Yohann Perez
Les grandes vacances approchant à grands pas -le 8 juillet- après des débuts poussifs, les organisateurs de l’exposition espèrent devenir un incontournable de l'été. Dès le début du mois de juillet, ses portes ouvriront tous les jours de la semaine.