Dinard : François Pinault exhibe son amour de l'art

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/08/2009 à 13H13
Dinard : François Pinault exhibe son amour de l'art

Dinard : François Pinault exhibe son amour de l'art

© Culturebox

Le Palais des arts de Dinard accueille du 14 juin au 13 septembre 2009, une soixantaine d'oeuvres contemporaines issues de la collection personnelle de François Pinault, avec pour thème : "Qui a peur des artistes?".

Après Lille (251 000 visiteurs) et Moscou, c'est donc au tour de Dinard de s'interroger sur l'art contemporain et ses artistes au travers des oeuvres proposées par François Pinault. Le magnat originaire de Trévérien, près de Rennes, est resté très attaché à cette partie de la Bretagne où il a commencé à bâtir sa fortune dans le bois, avant de diversifier ses activités. En matière de collection d'art, comme dans les affaires, François Pinault est un autodidacte. C'est à partir des années 80 qu'il a commencé à s'y intéresser. S'il se présente comme un collectionneur, et volontiers comme un mécène, certains n'hésitent pas à critiquer son sens très aiguisé des affaires qui l'aurait conduit à s'intéresser à ce secteur où les bons placements peuvent s'avérer aussi juteux que dans d'autres domaines plus traditionnels de l'économie. En 1998, il acquiert la célèbre maison d'enchères Christies, avant de se lancer dans une sorte de compétition émulatrice avec le patron du groupe LVMH, Bernard Arnault, et de multiplier ainsi les acquisitions. En 2004, profitant d'un énième cafouillage administratif au sujet de la fondation qu'il souhaite implanter sur le site des anciennes usines Renault de Boulogne-Billancourt, François Pinault décide d'abandonner le projet et s'offre l'année suivante l'un des plus importants palais de Venise, le Palazzo Grassi. La collection d'art contemporain qu'il y expose est réputée être l'une des plus belles au monde. Cet écrin devenant à lui seul trop exigu pour abriter l'ensemble de cette collection, il rachète en 2007 l'ancien bâtiment des douanes de la cité lacustre pour y exposer les oeuvres les plus monumentales.