Des faux tickets pour le Louvre édités en Chine

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/09/2013 à 14H52
File d'attente au pied de la Pyramide du Louvre

File d'attente au pied de la Pyramide du Louvre

© France3/culturebox

Le parisien daté de mercredi 11 septembre révèle qu'un trafic de faux tickets d'entrée au musée du Louvre à été démantelé par les douaniers belges qui ont saisi fin août 4000 unités de ces contrefaçons.

Des dizaines de touristes chinois ont d'autre part été interceptés munis de faux billets donnant accès aux différentes salles du musée le plus célèbre du monde. Le parquet de Paris a ouvert une enquête, confiée à la police judiciaire de la capitale.

Une contrefaçon qui s’améliore
Le 12 août, « Un de nos agents de surveillance a été intrigué par un accompagnateur d’un groupe de touristes », selon une source proche de la direction du Louvre, rapporte le quotidien. « Au toucher, la consistance du billet était étrange et la qualité générale du papier utilisé n’était pas bonne. L’encre avait, semble-t-il, bavé et ne s’était pas bien fixée au moment de l’impression », selon la même source.

Deux jours après ce précédent, plusieurs tickets contrefaits ont été découverts, mais cette fois de meilleure qualité. Ceux-ci étaient « comme des clones de ceux que nous mettons à disposition de nos revendeurs. Il y avait un numéro de série en tous points identique à nos billets », témoigne la même personne. Un homme est alors intercepté, mais, interrogé par la police, il se révèle peu loquace.

L’étau se ressert, mais l’enquête piétine
Le 19 août, deux touristes de nationalité chinoise sont découverts en possession d’une dizaine de billets falsifiés. « Ils ont été placés en garde à vue au commissariat du Ier arrondissement », selon une source proche de l’enquête. « Ils ont rapidement donné le nom de leur fournisseur », ajoute le témoignage rapporté par « Le Parisien ». Le suspect, résidant dans le XV arrondissement de Paris, avait quitté les lieux, une fois les policiers arrivés à son domicile.

L’affaire prend un nouveau jour quand les douaniers belges alertent leurs collègues français sur la saisie d’environ 4000 tickets contrefaits cachés dans un paquet en provenance de Chine. Selon la direction du musée, « Le ou les organisateurs de ce trafic n’ont pas été identifiés, mais ils semblent avoir agi avec la complicité de plusieurs accompagnateurs de groupes chinois. Le consulat chinois a été informé de cette affaire ». Depuis fin août, aucun ticket falsifié n’a été décelé à l’entrée du musée.