Depardon, Touraine, Kahn : trois regards sur la France d'aujourd'hui

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/10/2013 à 14H54
Le photographe et réalisateur Raymond Depardon, Cannes, mai 2012

Le photographe et réalisateur Raymond Depardon, Cannes, mai 2012

© AFP / Valérie Hache

Ils sont les témoins d’un monde en transformation. Le photographe Raymond Depardon, le sociologue Alain Touraine et le généticien Axel Kahn regardent la France au fond des yeux. Ils ne cherchent pas à juger, à peine à expliquer. De ces analyses, ils ont fait chacun un livre. Trois ouvrages comme autant de regards sur la société française.

Un photographe, un sociologue, un généticien. Trois domaines de travail différents et un même centre d'intérêt : la société française. 
Si Raymond Depardon et Axel Kahn ont arpenté la France pour en arriver à leur conclusion, Alain Touraine, lui, a fait la synthèse de décennies d'observations. Ils nous livrent leur sentiment sur la France d'aujourd'hui et surtout de demain. 

Reportage : B. Lebrun; V. Gaget; Y. Moine; R. Settar; M. Semerjian
Raymond Depardon, le photographe
"Il faut qu'en France tout le monde ait droit à sa chance" nous dit Raymond Depardon. Humaniste, le photographe l'est assurément. A 71 ans, il n'a rien perdu de sa curiosité, de son envie de scanner la société, de l'analyser pour tenter de la comprendre. Et alors que certains s'intéressent aux capitales du monde, lui a préféré voir ce qu'il se passe dans les sous-préfectures de la France. Aujourd'hui, c'est la consécration. 

Du 14 novembre 2013 au 10 février 2014, le Grand Palais à Paris consacre une exposition à la photographie en couleurs au sein de l’œuvre de Raymond Depardon, depuis ses débuts dans les années 1960, jusqu’à aujourd’hui. Un évènement réalisé en collaboration avec l'artiste. Pour cette exposition, il a voyagé en Afrique, aux États-Unis, et en Amérique du Sud, photographiant grands espaces et solitude des villes. Paysages, villes, cafés, intérieurs ou encore portraits. L’exposition réunit plus de 150 photographies dont la plus grande partie est inédite.

« La France de Raymond Depardon » Préface de Raymond Depardon et textes de Michel Lussault (Point2) 
560 pages, 401 photographies- 14, 90 euros

Alain Touraine, le sociologue
Il est l'un des sociologues les plus célèbres en France et à l'étranger. Certains diront un maitre à penser. Autant dire que lorsqu'Alain Touraine publie un livre l'intérêt est immense. A 88 ans, le sociologue est pessimiste. "Une ère s'achève et cela sens la fin pour nous. Je ressens l'angoisse de la chute possible. On peut se demander, si en ce qui concerne l'Europe, nous ne sommes pas en situation de décomposition sociale, ce qui va très au-delà de la crise," explique Alain Touraine. Une réflexion basée sur un constat : "Nous sommes en chute depuis la fin des 30 glorieuses et nous n'avons pas réussi à défendre ce que nous avions créé. Pour le moment, nous sommes dans une situation où l'Europe est la seule région du monde en stagnation ou en dépression dans un monde en développement." Auteur d'une quarantaine d'ouvrages, il signe "La fin des sociétés", au Seuil. Un livre qu'il considère comme le couronnement théorique de son œuvre.

« La fin des sociétés »  d’Alain Touraine (Seuil- La Couleur des idées)
672 pages - 28.00 euros

Axel Kahn, le généticien 
Axel Kahn, médecin généticien, chercheur de premier plan, directeur de recherche à l'Inserm et ancien directeur de l'institut Cochin, a été président de l'université Paris-Descartes. Axel Kahn a traversé la France à pied, des Ardennes jusqu’au pays basque. De ce périple-là, on va mieux comprendre pourquoi les Français sont pessimistes, parce qu’il a beaucoup parlé pendant ces cent jours. Une chance et une possibilité de mieux comprendre ce qu’il se passe dans notre propre pays. "Il n'y a pas d'humanité sans échange entre les hommes." Axel Kahn en est persuadé. C'est pourquoi le partage, le troc et le commerce ont joué depuis les origines un rôle si essentiel dans l'édification des sociétés humaines. Il s'est toujours agi, jusqu'au XVIIe siècle, de garantir la satisfaction conjointe des besoins individuels et du bien commun. Il fait le pronostic que, sans réhabilitation du concept d'intérêt général, cette crise sera fatale au libéralisme.

"L'Homme, le Libéralisme et le bien commun" d’Axel Kahn (Stock) 
208 pages - 18 euros