Déjà 750.000 visiteurs à la Fondation Vuitton

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/06/2015 à 12H21
Fondation Vuitton : 750.000 spectateurs en 7 mois

Fondation Vuitton : 750.000 spectateurs en 7 mois

© ROLLINGER-ANA /AFP

Les peintres chinois contemporains et les chefs d'oeuvre du grand collectionneur russe Sergueï Chtchoukine sont au programme 2016 de la Fondation Louis Vuitton à Paris qui a reçu quelque 750.000 visiteurs en sept mois.

La fondation présentera début 2016 un groupe de jeunes artistes chinois qui n'ont jamais exposé hors de leur pays, a indiqué à l'AFP Jean-Paul Claverie, conseiller du président Bernard Arnault. D'autres créateurs chinois, plus confirmés, exposeront ensuite dans les salles actuellement occupées par l'exposition "Les Clés d'une passion".

"L'ensemble des espaces de la fondation sera ainsi tourné vers la Chine", a souligné Jean-Paul Claverie. A l'automne 2016, la fondation présentera les pièces majeures de la collection Chtchoukine (Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Matisse...) actuellement partagée entre le musée Pouchkine à Moscou et celui de l'Ermitage à Saint-Petersbourg. "Une première", selon Jean-Paul Claverie.

Descendant d'une famille d'industriels, Sergeï Chtchoukine est un des plus grands collectionneurs de l'histoire de l'art. Il a réuni 264 tableaux dont 16 Gauguin, 38 Matisse, 50 Picasso entre autres."La fondation n'a ouvert qu'il y a sept mois et elle est déjà inscrite dans les institutions culturelles parisiennes", avec quelque 750.000 visiteurs, s'est félicité M. Claverie. "On envisageait cette fréquentation pour l'année complète, il y a eu jusqu'à 7.000 personnes dans une journée".

Accrochage 3 : Gilbert & George, Basquiat, Warhol...

Le troisième accrochage de la collection contemporaine de la Fondation, présenté mercredi, réunit des artistes autour des thèmes pop et musique/son, deux des quatre axes sensibles autour desquels est organisée la collection avec le contemplatif et l'expressionnisme subjectif.

Les deux premiers ont déjà été illustrés par un accrochage d'oeuvres représentatives. Pami les pièces présentées dans la séquence pop, un monumental triptyque de Gilbert & George, "Class War, Militant, Gateway (1986)", quatre spectaculaires photographies de la série F1 Boxenstopp I-IV (2007) d'Andreas Gursky, rappelant certaines oeuvres de la Renaissance, deux grands formats de Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla, regard critique sur la célébration d'Halloween par les soldats américains en Irak et en Afghanistan, et les Blue Cowboys (1994, 1999) de Richard Prince inspirés des campagnes publicitaires Marlboro.
Triptyque, "Militant from class war, militant, gateway, 1986 Gilbert & George 

Triptyque, "Militant from class war, militant, gateway, 1986 Gilbert & George 

© FVL
Sont également exposés Jean-Michel Basquiat, avec Grillo (1984), et Andy Warhol avec "Ten Portraits of Jews of the Twentieth Century (1980)", et "Ladies and Gentleman (1975)". Dans l'installation "Crossfire" (2007) de Christian Marclay, l'observateur est entouré d'images de tireurs projetées sur quatre écrans.

Le second axe de l'accrochage se concentre autour de la musique et du son avec le film "Chorspiel" (1974) d'Ulla von Brandenburg, l'installation "Rejuvenator of the Astral Balance" (2000) de Marina Abramovic - des métronomes légèrement décalés - et K.364 (2010), une oeuvre impressionnante de Douglas Gordon, où deux violonistes israéliens se rendent en train de Berlin en Pologne pour interpréter la Symphonie concertante de Mozart.