De Zao Wou-Ki à Zhou Gang, la peinture chinoise modifie notre paysage

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/09/2009 à 15H20
De Zao Wou-Ki à Zhou Gang, la peinture chinoise modifie notre paysage

De Zao Wou-Ki à Zhou Gang, la peinture chinoise modifie notre paysage

© Culturebox

"Zhou Gang - Le souffle de la nature" est une exposition de Peintures à l'encre signées de l'artiste chinois, vivant à Paris, Zhou Gang. L'exposition est à découvrir au Musée des arts asiatiques de Toulon (Var) jusqu'au 4 octobre 2009.

Zhou Gang ou la tentation de l'occident. Zhou Gang est né à Shangaï en 1958, il est diplômé de la section Beaux-Arts de l'Ecole Normale Supérieur de Shangaï, mais poursuivra ses études d'art au Japon à, l'Université de Tokyo, avant de venir s'installer à Paris en 1989. Avant celles de Zhou Gang, il y eu les tentations de Zao Wou-Ki. En 1948, un peintre chinois diplôme de l'Ecole des Beaux-Arts d'Hangzhou décide de s'installer à Paris. Il y fréquente Sam Francis, Soulages, Giacometti...et en 1951 il découvre lors d'un voyage à Berne, l'oeuvre de Paul Klee. Le jeune peintre chinois décide  d'abandonner sa formation classique pour se tourner vers l'abstraction. Il jette alors des ponts entre tradition chinoise et académisme européen. En 1962, Zao Wou-Ki réalise dix lithographies pour l'ouvrage d'André Malraux "La tentation de l'Occident". Deux ans plus tard, le Ministre de la Culture du Général de Gaule l'aide à obtenir la nationalité française. Devenu franco-chinois, il est élu en 2002 à l'Académie des Beaux-Arts. En marchant sur les traces du célèbre Maître d'Hangzhou, à qui la Galerie du jeu de Paume à Paris a offert en 2003 une vaste rétrospective, Zhou Gang a toute les chances de faire son trou dans le Paysage artistique français.