Culture Hip Hop sous la direction d'Akhenaton à l'Institut du monde arabe

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/04/2015 à 16H22
Le rappeur Akhenaton directeur artistique de l'exposition "Hip-Hop, du Bronx aux rues arabes" (Institut du monde arabe, du 28 avril au 8 juillet)

Le rappeur Akhenaton directeur artistique de l'exposition "Hip-Hop, du Bronx aux rues arabes" (Institut du monde arabe, du 28 avril au 8 juillet)

© ERIC FEFERBERG / AFP

De la culture hip hop aux mystères d'Osiris en passant par l'oeuvre de Stéphane Pencréac'h, autant d'événements annoncés pour 2015-2016 par l'Institut du monde arabe, dont le président Jack Lang a vanté à cette occasion le "regain de vitalité".

"Hip-Hop, du  Bronx aux rues arabes"

"A partir d'oeuvres plastiques et musicales inédites, d'objets phares, de documents exceptionnels et d'archives, l'exposition retracera l'histoire de la culture Hip Hop, de sa genèse aux Etats Unis à son déferlement sur l'ensemble de la planète, et notamment dans le monde arabe", a précisé Jack Lang. "Près d'une centaine d'oeuvres d'artistes américains, français et arabes seront présentées", dont des oeuvres inédites de graffeurs tels que JonOne, Evol, Jay One,Meen One ou Yazan One.

Deux concerts "exceptionnels" sont organisés les 19 et 20 juin, en partenariat avec le Festival Paris Hip-Hop. Un mur d'expression libre, ouvert aux visiteurs, sera édifié sur le parvis de l'institut.

Oeuvres monumentales de Stéphane Pencréac'h

L'IMA va également présenter (12 mai - 26 juillet) un ensemble d'oeuvres monumentales de l'artiste français Stéphane Pencréac'h (né en 1970) autour du Printemps arabe, du conflit syrien, et des "journées tragiques qui ont touché Paris, en janvier". Stéphane Pencréac'h, souligne l'IMA, "renoue avec la grande tradition de la peinture d'histoire et du monument" à travers "de grands polyptiques et une sculpture monumentale".

L'exposition "Osiris, mystères engloutis d'Egypte" (8 septembre 2015 - 31 janvier 2016)" dévoilera 250 objets issus de sept années de fouilles sous-marines menées par l'archéologue Franck Goddio" au côté d'une quarantaine d'oeuvres provenant des musées du Caire et d'Alexandrie, "dont certaines sortiront d'Egypte pour la première fois".

Les fouilles, menées notamment sur les vestiges des cités de Thônis-Héracléion et de Canope, submergées depuis le VIIIè siècle en baie d'Aboukir, ont permis d'attester cette célébration initiatique d'une durée de 21 jours qui "perpétuait et renouvelait la légende de la fondatrice de l'Égypte".

"L'IMA est devenu une ruche"

"En deux ans, a affirmé Jack Lang, "l'IMA est devenu une véritable ruche, fourmillante de visiteurs (plus d'un million en 2014) et grouillante d'activités". "Ce regain de vitalité a touché l'ensemble des activités de l'institut", a ajouté son président, rappelant "le succès retentissant" des expositions sur le Hajj (pélerinage à La Mecque), sur le Maroc contemporain et sur l'Orient Express.