Cookbook aux Beaux-arts de Paris : des chefs invités à créer une oeuvre d'art

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/10/2013 à 15H24
Elad Lassry, Eggs, 2010, photographie, détail, collection particulière

Elad Lassry, Eggs, 2010, photographie, détail, collection particulière

© Courtesy de l'artiste, remerciements à 303 Gallery, New York

Le Palais des Beaux-Arts de Paris, galerie d'exposition de l'école des Beaux-Arts, a invité vingt des plus grands chefs français et étrangers à créer une œuvre d’art à partir de leur travail créatif en cuisine, dans le cadre d’une exposition intitulée "Cookbook, l'art et le processus culinaire" (jusqu’au 9 janvier).

"Comment peut-on traduire la créativité culinaire dans une exposition ?", interroge Nicolas Bourriaud, directeur de l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts. Il compare les cuisiniers à des "auteurs". "En France, on considère tellement la cuisine comme une culture qu'on a du mal à la voir comme un art", estime le directeur et commissaire général de l'exposition.  
 
Des chefs, dont les Français Yannick Alleno, Michel Bras, Alain Passard, ont été invités à expliquer leur travail à travers des oeuvres d'art.
 
Rodolfo Guzman, chef du restaurant Borago à Santiago au Chili, a imaginé "un tremblement de terre". En quatre photos prises en très gros plan, que l'on pourrait prendre pour des images de la lune, il a montré "comment un blanc d'oeuf se transforme peu à peu". "Le son d'un tremblement de terre" a été enregistré : "C'est en réalité le bruit du craquement du macaron dans la  bouche", a-t-il expliqué lors du vernissage de l'exposition.
Elad Lassry, Untitled (Red Cabbage 2) 2008, collection particulière

Elad Lassry, Untitled (Red Cabbage 2) 2008, collection particulière

© Courtesy de l'artiste
 
Vidéos et performances filmées
Inaki Aizpitarte, du restaurant parisien Le Chateaubriand, a lui choisi d'exposer une vidéo, baptisée "Under control" (Sous contrôle). Il donne l'impression d'être filmé par des caméras de surveillance, alors qu'il prépare des plats en cuisine. Chaque geste, chaque hésitation est enregistrée.
 
Bertrand Grébaut, du Septime, autre table parisienne réputée, a lui réalisé "une performance filmée". "J'ai un passé d'artiste graffiti plutôt illégal", a-t-il confié. "Je connais bien le métro parisien et ses tunnels. On a décidé d'aller dans le métro la nuit pour faire un plat", un coeur de veau cuit sur les rails au chalumeau.
Antoni Miralda, Dorothée Selz, Garden Cake, 1970, collection particulière

Antoni Miralda, Dorothée Selz, Garden Cake, 1970, collection particulière

© Photographie David Bordes
 
Eneko Atxa, chef du restaurant Azurmendi à Bilbao en Espagne, expose lui les croquis qui précèdent chacune de ses créations. "C'est ma façon de donner forme à mes idées : un cahier et un crayon. Mais je ne suis pas un bon dessinateur, alors je donne du volume aux choses en faisant de la pâte à modeler.  (...) Ensuite mon équipe peut passer à l'exécution", raconte-t-il.
 
Les Beaux Arts exposent également des artistes contemporains, comme Alisa Baremboym et Sophie Calle, à travers leurs oeuvres liées à la cuisine et au  repas. Le peintre, poète et cinéaste italien Gianfranco Baruchello présente lui ses oeuvres illustrant "son rapport avec la nature, la vie quotidienne et la chaîne alimentaire".

Cookbook, l'art et le processus culinaire, Palais des beaux-arts, 13 quai Malaquais, Paris 6e
du mardi au dimanche, 13h-19h, 7,50€
du 18 octobre 2013 au 9 janvier 2013