Christo emballe le lac d'Iseo en Italie avec ses "Floating Piers"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/06/2016 à 11H44
"The floating Piers" de Christo sur le lac d'Iseo en Italie

"The floating Piers" de Christo sur le lac d'Iseo en Italie

© WOLFGANG VOLZ / AFP

À 81 ans, Christo a toujours l'énergie de ses 20 ans. Après avoir créé des forêts de parapluies, emballé le Reichstag et habillé Central Park de safran, l'artiste invite dès le 18 juin le public à marcher sur ses "Floating Piers", d'immenses pontons qui traversent le lac d'Iseo en Italie.

En plus de 50 ans, le plasticien Christo et son épouse Jeanne-Claude, décédée en 2009 mais qu'il associe toujours à ses projets, ont réalisé 22 oeuvres monumentales. Dernière folie en date : "les floating piers", des pontons flottants sur lesquels les visiteurs pourront littéralement marcher sur l'eau.
 
L'œuvre, bientôt inaugurée, est accessible au public du 18 juin au 3 juillet sur le lac d'Iseo, dans le nord de l'Italie. Le choix du 20h propose un focus sur cet artiste hors-norme. 

Reportage : V. Gaget / M. Dreujou / J. Pires 

Marcher sur l'eau en suspension 

Après avoir créé des forêts de parapluies, emballé le Reichstag, habillé Central Park de safran et emballé le Pont Neuf Christo, à 81 ans Vladimiroff Javacheff, d'origine bulgare et naturalisé américain, va finaliser son projet, imaginé en 1970 pour l'Argentine, sur le lac d'Iseo, dans le nord de l'Italie. Une oeuvre éphémère et flottante offerte au public. Les promeneurs pourront  rejoindre les îles de Monte Isola et de San Paolo.

christo  THE FLOATING PIERS2 © WOLFGANG VOLZ / AFP
"Floating Piers" a coûté 10 millions d'euros. L'artiste et sa femme défunte ont toujours auto-financé leurs oeuvres, via la vente des dessins et maquettes préparatoires. 

Un projet totalement inutile, éphémère et grandiose

L'œuvre pourra être arpentée par le public du 18 juin au 3 juillet. Durant ces 16 jours, les visiteurs marcheront sur des pontons flottants de trois kilomètres autour et sur le lac, et rejoindront les îles de Monte Isola et de San Paolo.

Composées de 200 000 cubes de polyéthylène, entièrement recyclables et reliés par 200 000 vis géantes, ces structures seront recouvertes d'une toile claire, aux tons changeant selon l'heure du jour, prenant ainsi "un rouge intense" avec l'humidité.

"Ce projet ne sert absolument à rien, n'a pas de raison d'exister... Le monde peut vivre sans lui !", lance le plasticien à quelques jours de l'inauguration. 
Christo sur ses "floating piers"

Christo sur ses "floating piers"

© Luca Bruno/AP/SIPA

Ces œuvres sont comme notre vie, elles apparaissent une fois et disparaissent pour toujours. Nous ne faisons jamais les mêmes choses

Christo
Floating Piers est la première œuvre réalisée par Christo depuis 2005, l'année où il avait créé avec son épouse Jeanne-Claude, morte en 2009, The Gates (Les Portes) à Central Park à New York, une installation qui avait été vue par quatre millions de personnes.
christo  THE FLOATING PIERS3 © Luca Bruno/AP/SIPA

Jusqu'au 18 septembre, le musée de Santa Giulia à Brescia, à 20 km du lac d'Iseo, présente une rétrospective de ces oeuvres éphémères, avec dessins préparatoires, maquettes, photos et films, en axant l'exposition, baptisée "Water Projects" sur les oeuvres liées à l'eau.

Christo a déjà créé trois "emballages" en Italie

Christo et Jeanne-Claude, tous deux nés le 13 juin 1935, avaient mené dans ce pays trois "emballages" dans les années 1960-1970, dont un sur la place du Duomo de Milan.

Le plasticien a en outre deux projets toujours en cours, englués depuis des années dans la quête d'autorisations. Pour Over The River, imaginé en 1992, Christo souhaite suspendre 10 km de toile argentée au-dessus d'une rivière du Colorado dans l'ouest des Etats-Unis.

 Le second serait une installation de 410.000 barils de pétrole inspirée des monuments funéraires égyptiens."La Mastaba", projet lancé en 1977 à Abou Dhabi devrait être la seule oeuvre permanente du couple.
Christo Pyramide © France 2 / Culturebox

Christo

Né en Bulgarie, Christo Vladimirov Javacheff arrive à Paris en 1958. Il y rencontre et épouse Jeanne-Claude de Guillebon avec qui il fera oeuvre commune. Christo et Jeanne-Claude réalisent des empaquetages sur le port de Cologne. A Paris, en 1962, ils assemblent plus de 200 barils d'huile et d'essence pour exprimer leur refus du mur de Berlin.