Charlie Hebdo : deuxième jour de grande affluence devant les kiosques

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/01/2015 à 10H12
File d'attente devant un kiosque boulevard Auguste Blanqui dans le XIIIe arrondissement de Paris, le 14 janvier.

File d'attente devant un kiosque boulevard Auguste Blanqui dans le XIIIe arrondissement de Paris, le 14 janvier.

© ROLLINGER-ANA / ONLY FRANCE

Des files d'attente se sont reformées tôt le 15 janvier au matin devant les kiosques pour acheter le dernier numéro de Charlie Hebdo, après la ruée du 14 janvier où près d'un million d'exemplaires se sont écoulés en à peine quelques heures.

Quantité d'acheteurs n'ont pas réussi mercredi à se procurer ce numéro historique, réalisé par les survivants de l'attaque qui a décimé la rédaction de Charie Hebdo la semaine dernière. Les points de vente avaient été pris d'assaut dès l'aube et 700.000  premiers exemplaires se sont arrachés avant 10H00. Le distributeur, MLP, en a livré 300.000 autres mercredi après-midi. Jeudi et vendredi, MLP prévoit d'en livrer à nouveau un million par jour. Le numéro sera imprimé au total à 5 millions d'exemplaires, du jamais vu dans la presse française.   

"Pas de Charlie"

"Il n'y en aura pas pour tout le monde, il ne m'en reste que quatre", prévenait déjà à 8 heures un kiosquier du 2e arrondissement à la dizaine de personnes qui attendaient devant sa devanture, tout en biffant les noms de ceux qui avaient réservé leur numéro la veille. Prudent, il a laissé sur son kiosque la même pancarte que mercredi : "Pas de Charlie"  

"J'en ai commandé mercredi 1.000 autres exemplaires, j'en ai eu seulement 38", a-t-il expliqué, alors que des clients encore déçus réservaient de nouveau pour vendredi. Sur Twitter, de nombreux internautes se plaignaient jeudi matin d'une nouvelle pénurie. "Ce matin réveil 7H pour aller voir si le kiosque n'avait pas Charlie (réponse : non)", raconte àosianya, d'Aix-en-Provence.

"Ce matin à 7H, plus de Charlie au kiosque dans ma rue. Il en avait reçu  25...", renchérit àThibautChe. "J'ai eu froid en compagnie d'inconnus pendant presque 2h, mais je l'ai eu. Le dernier du kiosque", se réjouit àclardennaise, à Charleville-Mézieres.

Même à l'étranger

A Genève, dès 5H30 du matin, les Charlie Hebdo de la gare sont partis en  trois minutes, selon le journal la Tribune de Genève 130.000 exemplaires devaient être livrés dans une trentaine de pays d'ici la fin de la journée.