Capitale de la culture 2016, Saint-Sébastien va célèbrer la paix dans l'art

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/04/2016 à 17H18
Manifestation monstre à Bilbao le 22 octobre 2011 pour une solution politique et dans la paix de la question basque après l'annonce du renoncement de l'ETA à la violence.

Manifestation monstre à Bilbao le 22 octobre 2011 pour une solution politique et dans la paix de la question basque après l'annonce du renoncement de l'ETA à la violence.

© RAFA RIVAS / AFP

La ville espagnole de Saint-Sébastien, capitale européenne de la Culture 2016, consacrera à partir de fin mai une partie de sa programmation aux représentations de la paix dans l'art, invitant à une réflexion sans concession cinq ans après la fin de la lutte armée de l'ETA.

Un sombre chapitre de l'histoire basque s'est achevé quand l'organisation séparatiste, à laquelle sont attribuées 829 morts, a renoncé à la violence en  2011. Mais la paix reste à inventer.

"Instants de non-violence"

Expositions et ateliers exploreront le sens profond de la paix, sous la direction du concepteur de l'événement, Santiago Eraso, et de l'artiste commissaire Pedro G. Romero. L'Andalou Romero s'est plongé dans des textes fondateurs, des "traités de  paix" des collections du musée du Prado à Madrid, et cherché aussi l'inspiration à l'étranger comme au Louvre et au musée Pompidou à Paris, et dans l'art contemporain, sans angélisme.

"La paix a fini par devenir un terme de propagande cachant un autre état de choses, pas exactement le contraire de la guerre", dit-il, en expliquant avoir volontairement omis le binôme "guerre et paix", pour s'attacher au concept de la paix et montrer "sa complexité". "Nous comprenons la paix comme un instant de non-violence (...) de bien-être, poursuit-il, mais on ne l'obtient presque jamais autrement qu'au détriment d'autres".

De Bruegel à Sophie Ristelhueber

Il évoque "La pie sur le Gibet" (1568) du peintre flamand Pieter Bruegel ouvrant l'exposition "Traité de Paix", qui montrera quelque 400 pièces au San Telmo Museoa et au Centre culturel Koldo Mitxelena à partir du 17 juin. La toile représente "une scène bucolique où des paysans boivent et  célèbrent la vie" mais est présidée "par un gibet où est posée une pie, gibet  dont la conception géométrique est impossible", explique-t-il. Elle montre une "paix construite par l'imposition draconienne de la loi (...) une figure  impossible", dit-il à l'AFP.

Pedro Romero a emprunté une cinquantaine d'oeuvres au Prado. A Saint-Sébastien (nord), il a rassemblé des pièces d'autres musées dont des dessins et gravures du Louvre. Goya et Rubens côtoieront Picasso, l'architecte suisse Le Corbusier, la  photographe française Sophie Ristelhueber, avec des oeuvres évoquant les blessures de guerre sur les corps et les paysages. Quatre horloges d'Hiroshima, arrêtées par la bombe H en 1945, seront  expédiées du Japon. 

La pensée du moine De Vitoria 

L'exposition se donne comme point de départ la pensée du moine Francisco de Vitoria, né en 1492, très critique à l'égard de la colonisation comme le religieux espagnol Bartolomé de las Casas. Sa pensée, à l'origine du "droit des gens", est aux sources du droit international, censé défendre la paix.

La réflexion est alimentée par des oeuvres d'artistes contemporains et des "études de cas" historiques. Celle consacrée au conflit du Pays basque, au Musée d'art contemporain de Vitoria, fait déjà couler l'encre - même si elle n'ouvrira qu'en novembre - en raison de la présentation qui l'accompagne, évoquant "l'exorcisme culturel de  l'ETA", un phénomène "politique, militaire et culturel". L'emploi de l'adjectif "culturel" a fait sursauter le ministère de la Culture, qui a exprimé son "inquiétude" et invité les organisateurs à la prudence sur des sujets "aussi délicats". Son commissaire Carles Guerra, directeur de la Fondation Tapiés de Barcelone, s'explique : "Un des effets du terrorisme a été l'impossibilité d'en parler", dit-il à l'AFP. C'est un "phénomène culturel" à la source d'un "binarisme" (obligation d'être pour ou contre) portant atteinte "à notre  capacité de comprendre".

Octobre 2011

L'exposition s'ouvrira sur la photographie de la clef USB rouge grâce à laquelle l'ETA avait diffusé le texte annonçant son renoncement à la violence, le 20 octobre 2011. Cet objet en "dit long sur la manière dont nous communiquons sur cette période de l'histoire, sans tableaux représentant des rencontres entre  politiques" incarnant la paix, car elle n'est pas encore là, dit Carles Guerra. Le thème sera présent au musée d'art moderne et contemporain Guggenheim de Bilbao, qui a fait plus pour la paix depuis son ouverture en 1997 que "bien des négociations politiques, dans un sens très littéral". Ce musée "a associé Euskadi (Pays basque) à un autre récit, fait valoir Carles Guerra, "celui de la globalisation, du tourisme, du cosmopolitisme".