Biennale de Lyon : l’Amérique de Corita Kent et des films noirs

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/09/2015 à 17H48
La Biennale d'art contemporain de Lyon en "Résonance" au centre d'art contemporain de Vienne

La Biennale d'art contemporain de Lyon en "Résonance" au centre d'art contemporain de Vienne

© France 3 / Culturebox

La Biennale d'art contemporain de Lyon commence officiellement ce jeudi 10 septembre pour 4 mois. Plus de 200 expositions, performances ou spectacles sont prévues dans toute la région Rhône-Alpes. La ville de Vienne en Isère a ouvert le bal ce week-end des "Résonances". Hommages à la soeur pop Corita Kent et aux enseignes publicitaires des films noirs américains des années 30.

La Biennale d'art contemporain de Lyon s'inscrit hors les murs et inonde le territoire de toute la région Rhône-Alpes. La Halle des Bouchers, centre d'art contemporain de Vienne accueille deux projets qui rendent hommage à l'Amérique d'hier par des artistes d'aujourd'hui. « Sister Ship » de Maxime Rossi d'une part et « The World is Yours / Le Monde est à vous » d'Hakima El Djoudi d'autre part. Marc Bembekoff, directeur du centre d'art contemporain a conçu cette double exposition en se focalisant sur le travail de recherche des deux artistes. 
 
Reportage / E. Phily / E. Blaise / S. Bouix

 

Hommage à Sister Corita Kent

Le projet Sister Ship de Maxime Rossi, dédié à Sister Corita Kent (1918-1986), est une comédie musicale décalée qui combine les séquences d'un film documentaire tourné le long du fleuve Congo, des éléments de décor scénique colorés, ainsi qu'une bande-son interprétée par des musiciens africains avec la chanteuse Emma Daumas. Corita Kent, sister Corita Kent, était religieuse, peintre et activiste. Elle enseignait les arts plastiques au couvent du Cœur Immaculé de Los Angeles, était amie avec John Cale, Richard Buckminster Fuller et Alfred Hitchcock, c’était dans les années 1950 et 60 californiennes et, entre l’énergie contestataire de l’époque et sa vocation, elle devint une sorte de météore, une sœur pop.
Maxime Rossi, Sister Ship, 2015

Maxime Rossi, Sister Ship, 2015

© Maxime Rossi, Sister Ship, 2015, Courtesy de l’artiste et Galleria Tiziana Di Caro, Napoli

 

Les enseignes lumineuses des années 30 

La plasticienne Hakima El Djoudi présente un ensemble d’installations vidéo : travaillant à partir de films hollywoodiens des années 1930-1940, elle isole les enseignes lumineuses de cabarets de gangsters afin de les projeter dans l’espace public et les vitrines de locaux commerciaux à céder. 
Hakima El Djoudi, Dancing, 2008

Hakima El Djoudi, Dancing, 2008

© Hakima El Djoudi, Dancing, 2008, Courtesy de l’Artiste

 

"Résonances" de la Biennale d'art contemporain au  Centre d'art contemporain La Halle des bouchers du 05 au 22 novembre 2015
7 rue Teste du Bailler
38200 Vienne