Benjamin Stora nommé directeur du Musée de l'histoire de l'immigration

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/08/2014 à 18H50
Benjamin Stora dans sa maison d'Asnières-sur-Seine, en banlieue parisienne, le 6 mai 2010.

Benjamin Stora dans sa maison d'Asnières-sur-Seine, en banlieue parisienne, le 6 mai 2010.

© BERTRAND LANGLOIS / AFP

Benjamin Stora, spécialiste de l'histoire du Maghreb contemporain, dit vouloir "travailler avec l'Education nationale, les lycéens et les collégiens" à la tête de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration.

Manuel Valls a nommé l'historien Benjamin Stora à la tête de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration pour remplacer Jacques Toubon, nommé Défenseur des droits au début du mois de juillet et qui occupait le poste depuis 2007.

"La nomination d'un historien à ce poste constitue un tournant dans l'histoire de la CNHI", écrivent les services du Premier ministre dans leur communiqué. Le Premier ministre confie à Benjamin Stora, ainsi qu'à Mercedes Erra, présidente du Conseil d'administration de la CNHI, "la responsabilité de donner un nouvel élan à cette belle et importante institution culturelle".

"Faire évoluer les regards et les mentalités"

"La Cité nationale de l'histoire de l'immigration joue un rôle essentiel dans la cohésion sociale et républicaine de la France. Son projet scientifique et culturel doit permettre de faire évoluer les regards et les mentalités sur l'immigration en France, et notamment grâce à la reconnaissance de la place des étrangers dans l'histoire nationale", ajoutent les services du Premier ministre.

Né à Constantine, en Algérie, en 1950, Benjamin Stora a lui-même connu l'exil avec sa famille en 1962. En 2012, il a été co-commissaire de l'exposition "Vies d'exil – Les Algériens en France 1954-1962" au Musée de l'histoire de l'immigration, à l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance algérienne.

"Travailler avec l'Education nationale"

"Je suis très heureux d'avoir cette chance. Cela fait très longtemps que je travaille sur la migration et c'est un aboutissement pour moi", a déclaré à l'AFP Benjamin Stora, spécialiste de l'histoire du Maghreb contemporain, des guerres de décolonisation et de l'histoire de l'immigration maghrébine en Europe.

"La Cité de l'immigration est un bel outil qu'il faut inscrire dans le présent. Les leçons du passé s'inscrivent dans le présent. Il est important que la France regarde en face son passé, qui est aussi celui des migrations et qui façonnent la France d'aujourd'hui. L'une de mes priorités sera de travailler avec l'Education nationale, avec les lycéens et les collégiens, pour discuter de ce qu'est la France", a-t-il dit.