Benjamin Millepied au coeur de la programmation de la fondation Luma à Arles

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/07/2016 à 11H53
Benjamin Millepied 3 © ETIENNE LAURENT/EPA/MaxPPP

La mécène Maja Hoffmann a présenté à Arles la programmation 2016 de la fondation Luma créée dans d'anciens ateliers de la SNCF, dont deux bâtiments ont été rénovés, premier pas vers un futur complexe culturel qui s'étendra autour d'une tour conçue par l'architecte Frank Gerhy. Benjamin Millepied, en résidence après sa démission de l'Opéra de Paris, donnera plusieurs représentations.

 En attendant l'ouverture, en 2018, de ce complexe culturel, dont Maja Hoffmann veut faire un "centre pour la dignité humaine et la conscience écologique", la fondation inaugure, dans le cadre des Rencontres internationales de la photographie, une exposition de groupe, "Systematically open", dans le bâtiment la "Mécanique Générale" qui vient d'être rénové par l'architecte Annabelle Selldorf. 

Cette exposition "s'inscrit dans la veine des expositions de groupes que l'on a produit jusqu'à présent avec le Corps group formé de deux artistes et trois commissaires et plusieurs directeurs d'institutions culturelles", a indiqué Mme Hoffmann dans un entretien à l'AFP. Le thème retenu est: "Comment revoir le format des expositions?", a-t-elle ajouté. Avec une réponse: d'une part grâce à l'architecture du bâtiment lui-même et d'autres part au travers des oeuvres des quatre artistes exposés, Walead Beshty, Elad Lassry, Zanele Muholi et Collier Schorr, dans une scénographie de Philippe Rahm.

Maja Hoffmann et la ministre de la culture Audrey Azoulay dans les locaux de la Fondation Luma le 4 juillet 2016

Maja Hoffmann et la ministre de la culture Audrey Azoulay dans les locaux de la Fondation Luma le 4 juillet 2016

© BERTRAND LANGLOIS / AFP


Benjamin Millepied en résidence

Dans le même bâtiment, un espace est réservé à des ateliers. Tout l'été, jusqu'à fin septembre, l'espace accueille le chorégraphe Benjamin Millepied, qui a quitté en février la tête de l'opéra de Paris, et donnera plusieurs représentations dont une création mondiale en septembre. Les 14 danseurs de sa compagnie, "L.A.Dance Project" sont accueillis en résidence durant trois ans à la fondation Luma. "C'est un contrat facilement renouvelable", précise Maja Hoffmann qui les a déjà aidés à produire des créations aux Etats-Unis.

Reportage : P. Fabrègues / J. Hessas / S. Mortain

Dans ce même espace, "on va également monter une oeuvre assez sophistiquée de l'artiste Jordan Wolfson Colored Figure", souligne la présidente de la fondation Luma. Les yeux de la sculpture sont en effet équipés d'un système de reconnaissance des visages qui lui permet de suivre le regard et les mouvements des visiteurs.

Art et architecture

A l'étage, une oeuvre de l'artiste sud-africain William Kentridge, une longue procession humaine, des silhouettes noires sur fond blanc, au pas lourd et triste, qui "évoque les soubresauts que traverse de tout temps l'humanité", selon Maja Hoffmann. A l'extérieur est présenté le prototype d'un futur jardin, avec gazon, arbres et aire de jeu du paysagiste Bass Smet, qui occupera à terme 6 hectares du site dominé par la dernière création de l'architecte Frank Gerhy: une tour de 56 mètres recouverte de verre et de titane. 

Chantier de la  tour de la fondation Luma imaginée par l'architecte Frak Gehry

Chantier de la  tour de la fondation Luma imaginée par l'architecte Frak Gehry