Ben ouvre sa Fondation du doute à Blois

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/04/2013 à 11H52
Ben devant son "mur de mots", dans la cour de la "Fondation du doute" à Blois (mars 2013)

Ben devant son "mur de mots", dans la cour de la "Fondation du doute" à Blois (mars 2013)

© Alain Jocard / AFP

L’artiste Ben inaugure samedi 6 avril sa Fondation du doute à Blois. La ville compte sur ce nouveau lieu d’exposition d’art contemporain pour attirer davantage de visiteurs et de touristes

"Les villes et les agglomérations moyennes comme la nôtre sont dans un contexte de compétition permanente pour maintenir notre attractivité et notre dynamisme", estime Marc Gricourt, le maire (PS) de Blois.
 
Près de 20 ans après l'inauguration du "Mur des mots" - commande publique  soutenue par le maire de l'époque Jack Lang - l'artiste d’origine suisse Ben, connu pour ses performances, installations et peintures, revient dans la cité des bords de Loire.

Reportage de Marie Berrurier, Marine Labidi, Gabriel Gheorghita, Roselyne Morez
 
Un lieu d'exposition temporaire
Il investit cette fois-ci davantage un ensemble de bâtiment du XIXe siècle. La "Fondation du doute" comprendra notamment "la Cour du Doute", un espace de diffusion et de programmation d'événements, un pavillon d'exposition temporaire installé au coeur d'un cloître entièrement vitré et le Café Fluxus, lieu de restauration en accès libre qui emprunte son nom au mouvement artistique dont Ben se réclame.
 
La "Fondation du doute" évoque un thème cher à Ben: "Le douteur est le vrai savant", affirme-t-il. "Si nous remettons l'art  en question, nous aurons gagné notre pari. Car nous ne serons pas que des montreurs d'archives, des archéologues", ajoute l'artiste de 77 ans, devenu  célèbre dans les années 1960 à travers ses "écritures", déclinées sous divers supports et diverses formes.
 
400 oeuvres de 40 artistes
Le nouvel espace d'exposition succède au Musée de l'Objet, où ont été présentées par le passé des oeuvres d'artistes majeurs de l'art du XXe siècle. Ce lieu d'environ 1.450 m² est défini par Ben comme "un lieu vivant, un réservoir d'idées, un espace d'expression, d'interrogation sur l'art, ses limites ou ses frontières".
 
Au total, quelque 400 oeuvres de Ben et d'une quarantaine d'artistes y seront présentées sur deux étages. George Brecht, John Cage, Ben Patterson ou  encore Yoko Ono entre autres. La veuve de John Lennon expose une oeuvre originale intitulée "Sky Ladders for Blois".
 
Les visiteurs pourront découvrir des documents, des archives ou des vidéos issus de la collection personnelle de Ben, d'autres collectionneurs et de la complicité d'artistes du mouvement "Fluxus", né dans les années  1960-70.
 
L'art selon Ben : l'esprit des génies du bistrot
"Fluxus : c'est l'esprit des génies du bistrot, de l'amateurisme, du non-art et du détail", assure Ben. Selon lui, "Fluxus est un mouvement plus important que le nouveau réalisme. Car le nouveau réalisme ne s'intéressait qu'à l'objet alors que Fluxus, c'est la vie des ratés". "J'aime les types qui ont des idées, qui veulent changer le monde mais restent au bistrot à boire des bières", ajoute-t-il.
 
Pour Ben, pseudonyme de Benjamin Vautier, français d'origine suisse, né en 1935 à Naples, "la vie est art. L'art ne doit pas être statique et fermé".
 
Une vingtaine d'artistes participeront à l'inauguration privée de la Fondation du Doute à Blois, le vendredi 5 avril. Un week-end d'ouverture  publique est organisé samedi et dimanche.
 
Selon le maire, la ville a investi 100.000 euros pour les réaménagements intérieurs. Et l'agglomération a investi près de 300.000 euros pour les aménagements extérieurs de la cour (et du "mur des mots"). "C'est une idée de Ben. J'ai été immédiatement emballé. Je suis convaincu que c'est novateur, original", s'est réjoui Marc Gricourt.