BD : Frédéric Bézian, un univers sombre et énigmatique au Pilori

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/01/2016 à 10H22
"Docteur Radar, tueur de savants", un album sorti en 2014 et qui a donné son titre à l'exposition niortaise

"Docteur Radar, tueur de savants", un album sorti en 2014 et qui a donné son titre à l'exposition niortaise

© France 3 Culturebox

Dessinateur, scénariste, coloriste, Frédéric Bézian est des auteurs les plus talentueux de la BD française où il a imposé son trait exigeant, expressionniste, en parfaite harmonie avec l’univers sombre de ses créations. Un univers à découvrir jusqu’au 6 févier au Pilori à Niort où sont exposés planches originales et croquis de travail, notamment ceux de son dernier ouvrage, "Docteur Radar".

Le titre de cette exposition "Docteur Radar et autre noirceurs" s’inspire directement d’une des BD de Frédéric Bézian,  "Docteur Radar, tueur de savants". Un opus publié en 2014 chez Glénat avec le critique de cinéma Noël Simsolo au scénario. L’’univers graphique du dessinateur colle parfaitement à cette intrigue qui plonge le lecteur dans le Paris des années 20 où trois savants reconnus sont assassinés. Leur point commun : tous travaillaient sur la conquête spatiale. C’est Ferdinand Straub, ancien as de l’aviation française reconverti en détective qui  mène l’enquête. Il découvre que  ces crimes seraient commis par un certain docteur Radar, un mystérieux individu passé maître dans l’art du déguisement.

Avec son univers qui mêle enquête policière et fantastique, Frédéric Bézian offre aux Niortais un avant-goût  de "Regards Noirs", le festival du polar dont la 6e édition aura lieu du 5 au 8 février avec cette année une vingtaine d'auteurs présents mais ausi des projections de films, des rencontres et des expos.

Reportage : D. Laveau / L. Gautier / P. Ritaine
Originaire de Haute-Garonne, Frédéric Bézian a été formé à l’Institut Saint-Luc à Bruxelles. Dans les années 80, il collabore à plusieurs fanzines et très vite son graphisme, son univers fantastique et sombre le font remarquer. En 1994, sa trilogie "Adam Sarlech" (Humanoïdes Associés) décroche le Bloody Mary, le Prix de la critique au Festival d’Angoulême.
BD Adam Sarlech

© Humanoïdes Associés
Après un long détour par l’animation en tant que directeur artistique sur la série animée "Belphégor" (26 épisodes de 26' destiné aux 6-14 ans, diffusés sur France 2 et salués par la critique), Frédéric Bézian revient à la BD en duo avec le critique de cinéma Noël Simsolo au scénario. En 2004, ils sortent "Touchez à rien" (Albin Michel). Deux ans plus tard, Bézian s’acoquine avec Sfar et Trondheim pour "Donjon Monsters" (Delcourt). Plus récemment, en 2014, il a retrouvé Simsolo pour "Docteur Radar, tueurs de savants" (Glénat), un premier opus qui devrait avoir une suite.
BD Docteur Radar © Glénat
Mais le dessinateur virtuose s’offre aussi des récréations comme "Le courant d’art" (Noctambule), un ouvrage entre BD et livre d’art, un leporello (livre-accordéon) qui explore les liens entre le mathématicien Oliver Byrne et le peintre Piet Mondrian.
Une planche extraite du livre "Le courant d'art"

Une planche extraite du livre "Le courant d'art"

© Noctambule