Barcelone rend hommage à l'influence universelle de Picasso

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/03/2014 à 10H55
Une peinture de l'Américaine Faith Ringgold ("Die : American people series #20") exposée au Musée Picasso de Barcelone, pour l'exposition "Post-Picasso" (mars 2014)

Une peinture de l'Américaine Faith Ringgold ("Die : American people series #20") exposée au Musée Picasso de Barcelone, pour l'exposition "Post-Picasso" (mars 2014)

© Josep Lago / AFP

Avec 58 oeuvres d'artistes occidentaux connus comme Basquiat ou Warhol et aussi de peintres africains ou asiatiques, le musée Picasso de Barcelone témoigne de l'influence du maître espagnol sur l'art contemporain des cinq continents (jusqu'au 29 juin).

Le musée Picasso de Barcelone, qui fête cette année son cinquantième anniversaire, a rassemblé pour l'exposition "Post-Picasso, réactions contemporaines", des œuvres de 41 artistes d'Afrique, d'Asie, d'Europe, du Proche-Orient, des Etats-Unis et d'Amérique Latine, sur une large gamme de supports (peinture, vidéo, photo, sculpture, gravure). Elle examine les interactions de ces artistes avec l'œuvre et la vie de Pablo Picasso pendant les quarante ans qui nous séparent de sa mort en 1973.
Cette oeuvre de Bansky ouvre l'exposition "Post-Picasso" au musée Picasso de Barcelone (mars 2014)

Cette oeuvre de Bansky ouvre l'exposition "Post-Picasso" au musée Picasso de Barcelone (mars 2014)

© Josep Lago / AFP
 
Au-delà de l'art occidental
L'objectif est de démontrer que "son oeuvre et sa réputation continuent de générer un dialogue et un débat fructueux avec des artistes contemporains à travers le monde", explique le musée.
 
"Picasso  est l'artiste qui m'a le plus influencé depuis l'enfance", reconnaissait le peintre turc Bedri Baykam à l'inauguration de l'exposition, qui présente un de ses tableaux, "Le harem d'Avignon a cent ans", une interprétation de l'une des oeuvres maîtresses de Picasso, "Les demoiselles  d'Avignon".
 
"C'est l'approche globale que nous voulions exprimer par cette exposition, conçue non pas pour mettre en valeur le travail d'artistes européens ou américains, mais pour regarder bien au-delà", explique le commissaire, Michael FitzGerald.
"Le harem d'Avignon a cent ans" de l'artiste turc Bedri Baykam, exposé à Barcelone dans le cadre de l'exposition "Post-Picasso" (mars 2014)

"Le harem d'Avignon a cent ans" de l'artiste turc Bedri Baykam, exposé à Barcelone dans le cadre de l'exposition "Post-Picasso" (mars 2014)

© Josep Lago / AFP
 
L'influence de Picasso, de l'Irak à l'Argentine
Les galeries du musée exposent ainsi des oeuvres du Congolais Cheri Samba ou du Sud-africain Jantjes, de l'Irakien Dia al-Azzawi, du Brésilien Vik Muniz, de l'Indien Atul Dodiya ou des Argentins Guillermo Kuitca et Constanza Piaggio.
 
"La diversité était un objectif prioritaire et nous a permis de découvrir de nombreuses oeuvres contemporaines relativement méconnues", ajoute le commissaire.
 
L'artiste britannique de rue Banksy a été chargé du message de bienvenue : sur une plaque de marbre est gravée la célèbre citation de Pablo Picasso : "Les  mauvais artistes copient, les grands artistes volent", au-dessus de la signature, barrée, de Picasso, remplacée par celle de Bansky.
"Sans titre (Pablo Picasso)" de Jean Michel Basquiat, exposée au musée Picasso de Barcelone dans le cadre de l'exposition "Post-Picasso" (mars 2013)

"Sans titre (Pablo Picasso)" de Jean Michel Basquiat, exposée au musée Picasso de Barcelone dans le cadre de l'exposition "Post-Picasso" (mars 2013)

© Josep Lago / AFP
 
Guernica a marqué de nombreux artistes
S'ouvre alors un parcours en six étapes, retraçant les temps forts de l'oeuvre de Picasso : le cubisme, la période bleue et la période rose, le surréalisme, les dernières oeuvres, "Les Demoiselles d'Avignon" et enfin  l'oeuvre maîtresse, "Guernica".
 
Dans la salle consacrée à ce tableau, cri de colère contre les atrocités de la Guerre civile espagnole, l'exposition montre comment Guernica a marqué de nombreux artistes qui ont dénoncé des violations des droits de l'homme à la fin du XXe siècle. De la critique du racisme par l'Afro-Américaine Faith Ringgold, à la guerre du Soudan dépeinte par Ibrahim el-Salahi dans "L'inévitable", un tableau qu'il a peint après avoir été emprisonné dans son pays.
 
"Picasso  nous a transmis un magnifique héritage de créativité et d'originalité. Je souhaite qu'en observant son travail, il nous reste quelque chose de son génie et de son courage", déclarait l'artiste soudanais à l'inauguration.
 
De Picasso à Warhol et Basquiat
Dans une oeuvre clairement engagée, "Nid d'oiseau dans le style cubiste", le peintre chinois Zhang Hongtu déstructure dans le plus pur style de Picasso le stade olympique de Pékin pour revendiquer le respect des droits de l'homme.
 
L'exposition repère aussi la trace de Picasso sur l'oeuvre d'artistes emblématiques comme Andy Warhol ou Jean-Michel Basquiat, dont l'évolution du dessin à la peinture figurative témoigne clairement de l'influence du peintre espagnol.
 
Le dialogue noué entre Basquiat et l'oeuvre tardive de Picasso s'exprime dans le tableau "Sans titre (Pablo Picasso)", portrait du peintre espagnol adolescent, dont le nez et la coiffure s'inspirent de ceux de l'Américain.
 
Post-Picasso, réactions contemporaines, Musée Picasso, Montcada 15-23, Barcelone, du 6 mars au 29 juin 2014