Art brut : il faut sauver la Ferme aux avions de Steenwerck

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/01/2014 à 12H03
La Ferme aux avions à Steenwerck a mauvaise mine

La Ferme aux avions à Steenwerck a mauvaise mine

© MAXPPP/ Max Rosereau/ La Voix du Nord

Au bord de l'A25 qui va à Dunkerque, la ferme aux avions de Steenwerck attire le regard par les créations très personnelles des frères Vanabelle: un ensemble de sculptures et assemblages de fusées, canons et autres avions. Un vrai temple de l'art brut qui se détériore depuis le départ en maison de retraites des 2 frères. Les musées locaux, dont le LAM, réfléchissent aux moyens de sauver ces lieux.


Reportage : Céline Rousseaux, Alain Méry, Marc Graff, Marie-Elizabeth Masson
Tout a commencé il y a un quart de siècle. Arthur Vanabelle, agriculteur à Steenwerck entreprend d'installer une girouette sur le toit de sa ferme. Déçu par le rendu, il agrémente l'objet d'ailes et en fait un avion. Depuis ce jour, il n'a cessé, avec son frère de construire d'autres avions (une trentaine) avec des matériaux de récupération.

Et puis, un tank très coloré est venu prendre une place importante dans la cour de la ferme; une fusée digne d'une bande dessinée se dresse dans le ciel.

Mais depuis le départ des 2 frères tout se détériore à grande vitesse. Il semble difficile et coûteux de restaurer la ferme pour conserver in situ ces oeuvres. La situation semble passer par Le LAM de Villeneuve d'Ascq qui possède déjà la maquette de la Ferme aux avions et le Musée de la vie rurale de Steenwerck.