Amsterdam: le Stedelijk Museum ouvre son extension futuriste

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/10/2012 à 12H11
La nouvelle extension du Stedelijk Museum d'Amsterdam (septembre 2012)

La nouvelle extension du Stedelijk Museum d'Amsterdam (septembre 2012)

© Lex Van Lieshout / ANP MAG / ANP / AFP

Le Stedelijk Museum d’Amsterdam a inauguré sa nouvelle extension, en forme de gigantesque baignoire blanche, après une fermeture de huit ans pour travaux.

L’extension projette le grand musée d’art moderne et contemporain d’Amsterdam centenaire dans le XXIe siècle. En acrylique d’un blanc presque aveuglant, il est apposé au bâtiment de style néo-Renaissance en briques rouges inauguré en 1895. Le musée mêle désormais, comme le Louvre à Paris et le British Museum à Londres, architecture ancienne et structure moderne.

Avec 10.000 m2 supplémentaires de surface d'exposition, la nouvelle structure va permettre au Stedelijk Museum de multiplier les expositions temporaires et d'exposer davantage de sa collection permanente. Celle-ci est l'une des plus importantes du monde avec plus de 90.000  objets d'art ou de design et des oeuvres d'Henri Matisse, Wassily Kandisky ou Andy Warhol notamment.

L'intérieur du Stedelijk Muséum d'Amsterdam

L'intérieur du Stedelijk Muséum d'Amsterdam

© Lex van Lieshout / ANP Mag / ANP / AFP
Amsterdam s'offre trois grandes rénovations
Cette extension réoriente l'entrée du Stedelijk Museum vers la célèbre Museumplein, qu'il partage avec les célèbres musées Van Gogh et Rijksmuseum, où est conservée la célèbre "Ronde de nuit" de Rembrandt. Ces deux autres musées sont également en pleine rénovation et rouvriront en avril après des années de travaux.

La place qui les réunit attire les 12 millions de touristes annuels qu’accueille Amsterdam. L'extension du Stedelijk, que son architecte, Mels Crouwel, décrit comme "très blanche, brillante, voyante et... blanche", est le plus vaste bâtiment  fabriqué avec des matériaux composites au monde. "C'est un matériau composite de résine, renforcée de fibres d'habitude  utilisées pour la construction de bateaux ou dans l'industrie aérospatiale", a indiqué Mels Crouwel.

Un matériau révolutionnaire
"L’avantage de ces matériaux - des fibres de carbone et des fibres para-aramides - c'est qu'elles se rétractent quand la température augmente alors que la résine qui les contient se dilate: l'un annule l'autre et rien ne se passe", explique Edwin Dommershuijzen, qui a développé la matière composite. Son revêtement est identique à celui utilisé pour les gilets pare-balles.

Traditionnellement, le Stedelijk Museum est un musée novateur. Mais il rivalise aujourd’hui avec le Louvre, le  Guggenheim, ou le Tate Modern de Londres, fondé en 2000 et déjà le musée  d'art moderne le plus populaire du monde avec près de quatre millions de visiteurs annuels.

Présentée à l'intérieur de la "baignoire", l'installation de John Knight,  "Autotypes, A Work in Situ", expose des assiettes décorées des plans d'autres extensions ajoutées à des musées à travers le monde.

Vus de l'extérieur, les deux bâtiments sont comme le jour et la nuit mais, une fois à l'intérieur, le visiteur passe de l’un à l’autre sans faire la différence.