Amour, sculpture et bambin ailé au Metropolitan Museum of Art de New York

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/02/2013 à 17H31
 
Sculpture  "Sleeping Eros“ Metropolitan Museum,  New York. Exposition "Les différentes  représentations d'Eros, ancien dieu grec de l'amour, de l'Antiquité à la  Renaissance".

 
Sculpture  "Sleeping Eros“ Metropolitan Museum,  New York. Exposition "Les différentes  représentations d'Eros, ancien dieu grec de l'amour, de l'Antiquité à la  Renaissance".

© Emmanuel Dunand / AFP

Si l'on parle de bambin grassouillet muni d'une paire d'ailes, d'un arc et d'une flèche, on pense tout de suite à une carte postale pour la Saint-Valentin. Ou alors... à une remarquable statue grecque ancienne de deux mille ans actuellement exposée à New York.

En cette saison des amours, le Metropolitan Museum of Art accueille jusqu'au 23 juin une nouvelle exposition intitulée: "Les différentes représentations d'Eros, ancien dieu grec de l'amour, de l'Antiquité à la Renaissance". Pièce centrale de cette exposition: une impressionnante sculpture de bronze d'un Amour qui date des IIIe-IIe siècles avant Jésus-Christ et représente Eros sous la forme d'un bébé nu et endormi sur un rocher. Ses jambes potelées reposent nonchalamment sur un drap, tandis que son bras droit pend en travers de son corps dans l'insouciance du sommeil, comme s'il  avait laissé tomber son célèbre arc. Les ailes dans son dos sont  remarquablement travaillées. Chose également surprenante pour l'époque, les yeux d'Eros sont fermés et sa bouche légèrement entrouverte.

Eros 

"Il fait une petite sieste en plein milieu de son travail", explique le conservateur de l'exposition Sean Hemingway, petit-fils de l'écrivain Ernest Hemingway. Son "travail" consistait à décocher des flèches d'amour. Mais Sean Hemingway rappelle qu'Eros était en fait équipé de flèches d'or, apportant "un désir  ardent" et de flèches de plomb, "écartant les gens du désir ardent". Cette statue a inspiré toute une série de représentations similaires d'Eros, depuis le Cupidon de la mythologie romaine aux peintures de chérubins ailés de la Renaissance jusque dans la culture populaire actuelle.
Statuette grecque, Metropolitan Museum, New York.

Statuette grecque, Metropolitan Museum, New York.

© Emmanuel Dunand / AFP
Mais Eros n'a pas toujours été aussi inoffensif. Avant cela, le dieu de l'Amour était dépeint comme un "être puissant, souvent cruel, et capricieux",  apprend-t-on dans l'exposition. L'incarnation enfantine d'Amour signifie qu'en "étant amené sur Terre", le petit dieu a été "désarmé". "Pour les Grecs, il était un dieu important et si de nos jours, nous ne le  concevons plus comme une divinité, il n'en reste pas moins important", affirme le conservateur.