Allongée nue devant l'Olympia de Manet au musée d'Orsay, l'artiste a été arrêtée pour exhibitionisme

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/01/2016 à 17H40
"L'Olympia" Manet (Musée d'Orsay)

"L'Olympia" Manet (Musée d'Orsay)

© GIUSEPPE CACACE / AFP

Une artiste luxembourgeoise, qui s'est allongée nue samedi devant l'Olympia de Manet au musée d'Orsay pour reproduire l'oeuvre sous les yeux des visiteurs, a été arrêtée et placée en garde à vue pour exhibition sexuelle, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

La garde à vue de Déborah de Robertis se poursuivait dimanche, après une interruption dans la nuit pour raisons médicales, selon son avocat, Tewfik Bouzenoune, contacté par l'AFP. Samedi après-midi, alors que le public profitait des derniers jours de l'exposition "Splendeurs et misères, Images de la prostitution 1850-1910", l'artiste s'est dénudée et allongée, dans la même position que la jeune femme sur le célèbre tableau d'Édouard Manet, a-t-il expliqué.

Reportage : M. De Bohan, I. Audin et L. Comiot


Une "performance artistique"

"Elle portait une caméra portative pour pouvoir filmer la réaction du public. Il s'agit d'une performance artistique", a ajouté Me Bouzenoune. "Il y avait beaucoup de monde devant le tableau. Les agents ont bien réagi, ils ont fermé la salle, lui ont demandé de se rhabiller. Comme elle a refusé, la police a été appelée et l'a emmenée", a expliqué une porte-parole du musée d'Orsay, qui a porté plainte pour exhibition sexuelle.

Des sources policière et judiciaire ont confirmé son placement en garde à vue. Déborah de Robertis n'en est pas à son coup d'essai. En mai 2014, toujours au musée d'Orsay, elle avait exposé son sexe devant "L'origine du monde" de Gustave Courbet.

"Pudibonderie judiciare inquiétante"

Le musée avait déjà porté plainte, a indiqué la porte-parole. L'avocat de l'artiste a dénoncé une mesure disproportionnée. "Mettre un artiste en garde à vue, c'est un très mauvais signal", a -t-il protesté. "Cette mesure de contrainte, qui est l'expression d'une pudibonderie judiciaire inquiétante, s'adresse à tous les artistes performeurs qui souhaitent s'exprimer de manière trop libre dans l'espace public", a ajouté Me Bouzenoune.

Il a notamment cité l'artiste sud-africain Steve Cohen, reconnu coupable d'exhibition sexuelle en mai 2014 par le tribunal correctionnel de Paris, pour avoir dansé le sexe enrubanné relié à un coq lors d'un spectacle de rue, sur le parvis du Trocadéro à Paris. Il avait été dispensé de peine.