A Lyon, l'exposition "Filaments" retisse les liens entre générations

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/01/2012 à 16H42
"Filaments" à la fondation Bullukian de Lyon

"Filaments" à la fondation Bullukian de Lyon

© france3/Culturebox

A Lyon, la fondation Bullukian accueille à partir du 18 janvier 2012 l'exposition Filaments, travail artistico-documentaire sur la parole croisée des personnes âgées et des enfants.

Aux confins du documentaire et de la création artistique, Filaments est l'aboutissement d'un travail de plusieurs années de la Compagnie IKB, notamment en résidence dans un établissement gériatrique. Se présentant comme une exposition/installation, Filaments évoque la succession des générations à travers des portraits et des voix. Questions, réponses, enfants, vieillards, unis par la confrontation à l'inéluctable, le filament de l'ampoule qui finit toujours par rompre. Et au delà, l'ampoule elle-même qui disparaît... L'image est belle et la démarche vitale. Elle rappelle que nos sociétés ont négligé le passage de témoin, que les vieux restent désormais entre vieux et les enfants loin de leurs aînés. Elle constate pourtant que, pour peu que l'on en crée les conditions, la distance n'est pas si grande entre ceux qui découvrent la vie et ceux qui se préparent à la quitter.


La fondation Napoléon et Léa Bullukian a été créée en 1986. Elle porte le nom d'un industriel lyonnais d'origine arménienne. Mécène et collectionneur toute sa vie, il a légué sa fortune à la fondation de France. Selon ses propres voeux la fondation Bullukian encourage la recherche et le developpement dans les domaines de la santé, de l'environnement et de l'innovation , elle aide les jeunes artistes et encourage les actions culturelles et artistiques. Enfin, elle se donne également pour mission de soutenir les oeuvres en faveur de la communauté arménienne, partout dans le monde. Le projet Filaments entre parfaitement dans le cadre de l'art et de l'humanisme, les deux piliers de l'esprit Bullukian.