670 ans après, la bataille de Crécy reconstituée avec 15 000 Playmobil

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/08/2016 à 15H55
1 500 figurines ont été placé dans la reconstitution de la bataille de Crécy.

1 500 figurines ont été placé dans la reconstitution de la bataille de Crécy.

© capture d'écran France 3 / Culturebox

Le plus grand collectionneur de Playmobil du monde a recréé la bataille de Crécy dans le gymnase de la ville picarde. 15 000 figurines, réparties sur 200 m2 pour une reconstitution des plus réalistes à découvrir jusqu’au 28 août.

670 ans après l’une des plus grande défaite française médiévale, la commune de Crécy-en-Ponthieu retrouve ces archers anglais qui ont causé la déroute de l’armée du roi de France. La reconstitution a été installée en trois jours, sur 200m2  de surface. Jean-Michel Leuilliier a fait les choses en grand, un pari osé pour cet ingénieur agronome. "Il y a une dizaine d’années, je me suis rendu compte que j’avais de grosses lacunes en histoire-géographie donc j’ai retravaillé une à deux heures par jour pendant 10 ans. J’ai acquis des connaissances nécessaires pour pouvoir commenter moi-même ce type de réalisation", explique le collectionneur.

Une reconstitution réaliste

Le 26 août 1346, en pleine guerre de Cent ans, deux puissances européennes se livrent une bataille de territoire. D’un côté, le roi anglais Edouard III, prétendant à la couronne de France et de l’autre, Philippe VI de Valois, héritier indirect des Capétiens et actuelle roi de France. Lorsque ce dernier a vent du débarquement de 20 000 anglais en Normandie, il décide de mobiliser ses troupes, soit 50 000 hommes. En théorie, la supériorité numérique des Français donnera à Philippe VI de Valois la victoire, mais c’était sans compter la discipline de l’armée anglaise qui grâce à ses archers met en déroute l’armée française. Cette dernière n’a plus d’arbalétrier et des chevaliers désordonnés, elle perd donc la bataille de Crécy le 26 août 1346, ce qui force le roi de France à battre en retraite.

Cette approche historique se retrouve dans la reconstitution de Jean-Michel Leuilliier, jugée très réaliste par les historiens locaux. "Ça a été vraiment bien respecté par Jean-Michel Leuilliier, il a vraiment bien réussi à étudier cette bataille dans le détail", confie Florent Décamps, agent du Patrimoine du musée de Crécy-en-Ponthieu.

Reportage : J. Delance / J. Blanquart / C. Perrin

 

Toujours plus

L’ingénieur agronome de 48 ans joue aux Playmobil depuis l’âge de ses 6 ans. Une véritable passion pour ces jouets qu’il collectionne dès ses 17 ans. Il possède aujourd’hui l’une des plus importantes collections au monde et n’hésite pas à mettre la main au portefeuille pour les obtenir. "J’ai mis ici la totalité des arbres c’est-à-dire 2 000 arbres pour faire la foret de Crecy-en-Ponthieu et il en manquait donc j’ai recommandé 360 arbres pour l’exposition. C’est ce qui plait aux collectionneurs, ça ne s’arrête jamais il faut toujours plus. Un collectionneur ne vous diras jamais qu’il en a assez", souligne-t-il.

Trois jours d’installation ont été nécessaires pour la reconstitution de la bataille de Crécy, une démonstration qui plait aux visiteurs tant par la qualité de la scène que par sa taille. La bataille est visible dans le gymnase de la ville jusqu'au dimanche 28 août.