130 ans de la mort de Victor Hugo : exposition sur une immense ferveur populaire

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/06/2015 à 16H03
Victor Hugo sur son lit de mort photographié par Nadar

Victor Hugo sur son lit de mort photographié par Nadar

© Nadar/Mary Evans/Rue des Archives

On célèbre cette année le 130e anniversaire de la mort de Victor Hugo. Sa disparition le 22 mai 1885 plongea la France dans le désarroi avant des funérailles le 1er juin qui furent un moment d’intense émotion populaire, toutes classes confondues. Au travers de documents d’époque, le musée Victor Hugo de Villequier revient sur cette ferveur, à la hauteur de l’aura de cet homme engagé.

Deux millions et demi de personnes rassemblées pour les funérailles d’un seul écrivain ! C’était il y a 130 ans, le 1er juin 1885 pour les obsèques de Victor Hugo. On peine aujourd’hui à imaginer une telle ferveur populaire autour d’un de nos grands auteurs contemporains. 
 
Victor Hugo était un monstre sacré de la littérature, un touche-à-tout à la fois écrivain, dramaturge, poète, dessinateur, journaliste. Auteur de ce qu’on appellerait aujourd’hui des best-sellers (Les misérables, Notre dame de Paris, Ruy Blas, Hernani...), Victor Hugo était un ogre créatif, une force de l’esprit capable de s’enflammer, de s’indigner mais aussi de s’attendrir sur le sort des plus faibles. C’est peut-être ce qui le rendit si attachant aux yeux des Français.

Reportage B. Rabelle / J. Begue / C. Thomas / P. Taddéï / S. Person
Mais Victor Hugo fut aussi un homme pleinement engagé dans les combats d’idées du XIXe siècle. Après la mort de sa fille Léopoldine en 1843, il entama une carrière politique. Elu en 1848 à l’Assemblée constituante, il prit parti pour des idées qui allaient à l’encontre de la société de l'époque : l’abolition de la peine de mort, la lutte contre les inégalités sociales, le suffrage universel et la liberté de la presse. 

Le musée Victor Hugo de Villequier 
 

Inauguré en 1959, le musée Victor Hugo est installé dans la maison de la famille Vacquerie à Villequier (Seine-Maritime). C’est là qu’en 1838, la fille aînée de l’écrivain alors âgée de 16 ans rencontra pour la première fois Charles Vacquerie, 21 ans et fils d’un armateur du Havre. Les deux amoureux se marièrent en février 1843. Mais tous deux disparurent tragiquement huit mois plus tard, en septembre, lors d’une promenade en barque sur la Seine avec deux autres membres de la famille Vacquerie. Tous furent inhumés au cimetière de Villequier où reposent également Adèle l’épouse de Victor Hugo et leur deuxième fille, elle aussi prénommée Adèle. En 1951, le Conseil Général de Seine-Maritime a racheté la maison et le jardin aux descendants Vacquerie.

"Il y a 130 ans, la mort de Victor Hugo"
Maison Vacquerie – Musée Victor Hugo - Quai Victor Hugo - 76490 Villequier
jusqu'au 23 septembre
Ouvert tous les jours, sauf le mardi et le dimanche matin
Tarifs : de 2 à 4 euros