Une immense fresque "symbole d'unité" sur le parvis de la Tour Eiffel

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/09/2016 à 15H59
La fresque de Cleon Peterson sur le parvis de la Tour Eiffel,  le 28 septembre 2016.

La fresque de Cleon Peterson sur le parvis de la Tour Eiffel,  le 28 septembre 2016.

© Thomas Samson / AFP

C'est une fresque de 700 m2 en noir et blanc, réalisée par l'artiste américain Cleon Peterson et pensée comme "un symbole d'unité". Elle a été réalisée sur le parvis de la Tour Eiffel dans le cadre de la Nuit Blanche 2016 prévue samedi mais elle est visible depuis mercredi et jusqu'au 17 octobre.

Depuis le premier étage de la tour Eiffel, à 57 mètres au-dessus du sol, la fresque apparaît dans son ensemble. Inspirée du "Songe de Poliphile", roman de la Renaissance et thème de la Nuit Blanche, l'oeuvre met en scène les retrouvailles mouvementées de Polia et Poliphile.

Au centre, un homme peint en noir et une femme en blanc s'embrassent dans une étreinte, entourés de danseurs noirs et blancs qui se tiennent par la main.

"J'ai voulu exprimer l'amour" dit l'artiste

"Dans le noir et le blanc, il y a l'idée de dualisme, l'homme et la femme, le bien et le mal, nous et les autres. On est toujours effrayés par les autres, ceux qui ont une couleur de peau différente, une race différente. A travers cette fresque, j'ai voulu exprimer l'unité et l'amour", explique Cleon Peterson, artiste urbain basé à Los Angeles.

"Il n'y a pas de meilleur lieu pour exprimer cette unité qu'à la tour Eiffel, qui brasse des gens du monde entier", estime l'artiste, qui espère que les gens échangeront les uns avec les autres autour de cette fresque.
L'artiste américain Cleon Peterson devant sa fresque sur le parvis de la Tour Eiffel, le 28 septembre 2016.

L'artiste américain Cleon Peterson devant sa fresque sur le parvis de la Tour Eiffel, le 28 septembre 2016.

© Thomas Samson / AFP

300 heures de travail

"Ca fait plaisir de voir un message positif à la tour Eiffel", a réagi Eliana, une Argentine vivant à Londres, qui note qu'il y "très peu de monde et beaucoup de police".

L'oeuvre, qui a nécessité 260 litres de peinture et le travail de dix peintres pendant 300 heures, sera visible jusqu'au 17 octobre. A l'occasion de la Nuit Blanche, prévue dans la nuit du 1er au 2 octobre, l'accès au premier étage de la tour Eiffel sera gratuit entre 22h et 1h du matin.