Couthures-sur-Garonne s'offre le 1er festival international du journalisme

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/07/2016 à 12H40
Couthures-sur-Garonne et son festival international du journalisme

Couthures-sur-Garonne et son festival international du journalisme

© Couthures-sur-Garonne

Un petit village du Lot-et-Garonne, Couthures-sur-Garonne, accueille ce week-end (du 29 au 31 juillet) un "Festival international du journalisme vivant", inédit. Loin de l'hyper-connexion, un journalisme au rythme plus lent, avec narration, profondeur et grand format pour mots-clefs, va à la rencontre de son public.

"6mois" et la revue trimestrielle "XXI", co-organisent le festival

Des revues, magazines qui se sont fait une spécialité de ce recul dans le traitement de l'information, le semestriel de photos "6mois" et la revue trimestrielle "XXI", co-organisent ce festival, auquel sont associés le bimestriel allemand Reportagen, le mensuel américain Harper's Magazine et l'hebdomadaire italien Internazionale.

"Décrypter la terreur", "Les (journalistes) dérangeurs"...

De vendredi à dimanche, les "Ateliers de Couthures", l'autre nom du festival, proposent débats, récits, documentaires, témoignages de 90 intervenants dont bien sûr des journalistes, mais aussi des lanceurs d'alerte, des écrivains, des documentaristes. Avec plusieurs thèmes transversaux en prise directe sur l'actualité, comme "Décrypter la terreur", "Les (journalistes) dérangeurs", "L'Iran dévoilé" ou encore "Les révolutions alimentaires".

Un "réel raconté dans un temps plus réfléchi"

Le fil rouge: "une information +différente+", un "réel raconté dans un temps plus réfléchi", notions pour lesquelles "il y a grande appétence dans le public" en ces "temps d'hyper-connexion permanente, temps perturbants aussi", explique Laurence Corona, directrice du festival, directrice de communication des Editions les Arènes. 

 

Expositions, concerts, pièces de théâtres, ateliers 

L'église, l'école du village de Couthures, mais également d'anciens séchoirs à tabac désaffectés hébergeront des expositions et concerts, des pièces de théâtres mettant en scène des grands reportages vécus, ou des ateliers tels celui des "mini-reporters" pour enfants, animé par des professionnels de presse jeunesse.

Le voeu du festival est d'être une "interface entre ce journalisme et le public", de "l'ouvrir, ouvrir au maximum", aux antipodes d'un "entre-soi" entre gens de médias, plaide Laurence Corona.

Un village de 400 habitants  

Plus de 2.000 visiteurs ont déjà réservé un passe pour le festival, un défi pour un village d'à peine 400 habitants. Et dont le choix, expliquent les organisateurs, doit beaucoup aux attaches qu'y avait Philippe Chaffanjon, homme de radio (RTL, France Info, France Bleu), décédé en 2013 et associé de près aux débuts de la revue XXI.

Le programme des Ateliers de Couthures, festival international de journalisme vivant