Les réfugiés au coeur du 23e Prix Bayeux des correspondants de guerre

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/09/2016 à 11H51
Migrants sous la pluie à Lesbos en 2015

Migrants sous la pluie à Lesbos en 2015

© Aris MESSINIS / AFP

L'afflux de réfugiés fuyant la guerre d'Irak et de Syrie sera une thématique "dominante" du 23e Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre, qui aura lieu du 3 au 9 octobre. Près de 300 reportages ont été envoyés au jury présidé par le journaliste et essayiste Jean-Claude Guillebaud, prix Albert Londres en 1972 pour sa couverture de la guerre du Vietnam.

Parmi les 55 reportages pré-sélectionnés "la crise en Irak et en Syrie et ses conséquences, avec l'afflux de réfugiés, est une dominante", précise Aurélie Viel, responsable de la programmation du prix.

Reportage : A. Huctin / E. De Miniac / E. Desramé

Les reportages sélectionnés évoquent également souvent le Yémen, la Grèce, l'Ukraine, Gaza, la Turquie, l'Europe centrale.
La question des migrants fait aussi l'objet de plusieurs expositions, dont celle organisée tous les ans dans les rues de Bayeux. "L'errance des réfugiés à travers l'Europe", exposition collective, en 25 panneaux, des photographes de l'AFP sera visible à partir du lundi 3 octobre.

Cette 23e édition sera également marquée par le 10e anniversaire du Mémorial des reporters de guerre, où chaque année on dévoile une stèle portant les noms des journalistes tués les 12 mois précédents. Une stèle en mémoire des reporters disparus en mission sera par ailleurs pour la première fois inaugurée.
Mémorial des reporters de guerre à Bayeux © France 3 / Culturebox

La famille de Gilles Caron fera le déplacement à cette occasion, selon Mme Viel. L'auteur de clichés mythiques, de Mai 68 à la guerre du Biafra, avait disparu lors d'un reportage au Cambodge en 1970.

Cliché de Gilles Caron © Gilles CARON / Fondation Gilles Caron

Un documentaire sur James Foley en avant-première française

Parmi les nombreuses projections et rencontres organisées dans la semaine qui précède la remise des prix le samedi 8 octobre, un documentaire sur James Foley sera projeté en avant première française. La mère du reporter américain, dont l'organisation État islamique a annoncé l'exécution en 2014, sera présente pour un échange avec le public après la projection. La date de la sortie en salle en France n'est pas encore fixée.

Le jury "international" remettra huit prix : presse écrite, télévision, radio, photo, télévision grand format, web journalisme, jeune reporter photo et pour la première fois pour cette 23e édition, un prix image vidéo, décerné à un caméraman.
Le Prix Bayeux-Calvados récompense un reportage sur une situation de conflit ou ses conséquences pour les populations civiles, ou sur un fait d'actualité concernant la défense des libertés et de la démocratie.
Les reportages en compétition ont été réalisés entre le 1er juin 2015 et le 31 mai 2016.