Le célèbre carnaval de Notting Hill salue la mémoire des victimes de la tour Grenfell

Par @Culturebox
Mis à jour le 29/08/2017 à 10H34, publié le 29/08/2017 à 10H33
La grande parade s'est arrêtée lundi 28 août pour une minute de silence en hommage aux victimes de l'incendie de la tour Grenfell, à Londres.

La grande parade s'est arrêtée lundi 28 août pour une minute de silence en hommage aux victimes de l'incendie de la tour Grenfell, à Londres.

© TOLGA AKMEN / AFP

Costumes multicolores et musique endiablée ont déferlé dans Notting Hill, lundi 28 août à Londres, pour le deuxième et dernier jour du célèbre carnaval placé sous le signe de la sécurité et de l'hommage aux victimes de l'incendie meurtrier de la tour Grenfell.

Chars flamboyants, orchestres tonitruants, coiffes à plumes bigarrées et bikinis de strass ont défilé, sous un soleil éclatant, dans les rues noires de monde de ce quartier de l'ouest londonien pour la grande parade de lundi, jour férié en Angleterre et point d'orgue de la plus grande manifestation de rue d'Europe.

Minute de silence et couleur verte en hommage

En présence de centaines de milliers de spectateurs, mais aussi des forces de l'ordre présentes en nombre, ils ont célébré la culture caribéenne sur un parcours de plus de cinq kilomètres dont le tracé passait à quelques centaines de mètres seulement de la carcasse calcinée de la tour de logements sociaux Grenfell, où plus de 80 personnes ont péri le 14 juin.

Comme au premier jour des festivités dimanche, journée traditionnellement marquée par le défilé des enfants, les carnavaliers se sont brièvement interrompus à 15h00 pour observer une minute de silence. Des pompiers alignés devant la caserne de North Kensington ont ôté leurs casques et baissé la tête avant que la minute de recueillement ne s'achève sur une salve d'applaudissements et que la fête ne reprenne de plus belle.

"C'est bien que tout le monde se soit mis en quatre et ait fait (du carnaval) quelque chose d'un peu spécial cette année (...) pour Grenfell", a estimé Ashley, un chauffeur de bus de 29 ans, interrogé par l'AFP. "Nous avons commémoré les personnes qui sont mortes et nous sommes ici dans un esprit communautaire. C'était merveilleux", a dit Odella, une enseignante quinquagénaire, la voix brisée par l'émotion.

La couleur verte, symbole de la tour Grenfell depuis le feu qui a aussi fait des centaines de sans-abri, avait été mise à l'honneur dans les décorations ornant le quartier très prisé des touristes, où des maisons coûtant plusieurs millions de livres côtoient de modestes logements sociaux. "Nous avions besoin de ce jour pour un peu de bonheur", a insisté Jenny, une esthéticienne de 52 ans.
L'incendie de la tour Grenfell, située dans le quartier de Kensington-Chelsea, dans l’ouest de Londres, a fait plus de 80 morts, le 14 juin 2017.

L'incendie de la tour Grenfell, située dans le quartier de Kensington-Chelsea, dans l’ouest de Londres, a fait plus de 80 morts, le 14 juin 2017.

© TOLGA AKMEN / AFP

Défilé sous haute surveillance

Barrières de sécurité, blocs de béton et contrôle de la présence d'armes, notamment : le carnaval était placé sous haute surveillance, comme chaque année, mais la police a indiqué avoir "révisé minutieusement" le dispositif de sécurité après les attentats au véhicule-bélier qui ont endeuillé la Catalogne les 17 et 18 août, ainsi que la capitale britannique au cours des derniers mois.

La police a cependant dit n'avoir reçu aucun élément des services de renseignement faisant craindre un attentat, après l'attaque qui a légèrement blessé trois policiers devant le palais royal de Buckingham, vendredi soir. Au total, 6.000 à 7.000 policiers étaient mobilisés sur les deux jours de carnaval, un dispositif équivalent à celui de l'année dernière.

La police a indiqué à l'AFP qu'elle avait déjà procédé, lundi en milieu d'après-midi, à 149 arrestations depuis le début du carnaval la veille, principalement pour des faits de drogue mais aussi possession d'armes, voies de fait et agressions sexuelles.

Sur les trois semaines précédant le début des festivités, les forces de sécurité avaient procédé préventivement à 656 arrestations et 700 perquisitions, pendant lesquelles elles avaient saisi "une grande quantité" de couteaux, armes, drogues et argent liquide.

L'an dernier, 454 personnes avaient été arrêtées pendant les deux jours du carnaval et plusieurs personnes avaient été poignardées, dont quatre avaient failli en mourir.