Laurence des Cars est la nouvelle présidente du Musée d'Orsay

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/02/2017 à 15H01, publié le 28/02/2017 à 10H44
Laurence des Cars, nouvelle présidente du Musée d'Orsay.

Laurence des Cars, nouvelle présidente du Musée d'Orsay.

© Sophie Boegly

La directrice du Musée de l'Orangerie, Laurence des Cars, a été nommée présidente du Musée d'Orsay à Paris, a annoncé le ministère de la Culture ce mardi 28 février. Elle succède à ce poste à Guy Cogeval.

"Sur proposition d'Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, le président de la République a nommé Laurence des Cars pour diriger les musées d'Orsay et de l'Orangerie à compter du 15 mars 2017", a indiqué le ministère dans un communiqué. Elle succède à Guy Cogeval qui deviendra, à compter du 15 mars, directeur du Centre d'études des Nabis et du symbolisme, nouvelle entité de recherche au sein du musée d'Orsay.

L'ambition du ministère de la Culture : conforter la place du Musée d'Orsay au niveau mondial

Conservatrice générale du patrimoine, spécialiste de l'art du XIXe siècle, Laurence des Cars, 50 ans, dirigeait depuis janvier 2014 le Musée national de l'Orangerie, entité rattachée à Orsay, après avoir été, de 2007 à 2013, la directrice scientifique de l'Agence France-Muséums, opérateur français chargé du développement du Louvre d'Abou Dhabi.
Le Musée d'Orsay, à Paris. 

Le Musée d'Orsay, à Paris. 

© BERTRAND GUAY / AFP
Deux autres candidats étaient en lice : Dominique de Font-Réaulx, directrice du Musée Delacroix, et Sylvain Amic, directeur du musée des Beaux-Arts de Rouen. Audrey Azoulay a finalement choisi Laurence des Cars, sensible à un projet visant notamment "à conforter la place du musée d'Orsay sur le plan mondial, en s'appuyant sur des partenariats avec les grandes institutions internationales", a indiqué le ministère. "La politique des publics, notamment familial et scolaire, sera au coeur de son projet avec une stratégie numérique et une approche de la médiation renouvelées", a également souligné le ministère. 

L'un des défis d'Orsay : changer l'espace du musée 

Le mandat de Guy Cogeval a été marqué par des expositions audacieuses et polémiques sur le "Nu masculin", le marquis de Sade ou la prostitution. Ce spécialiste de l'oeuvre d'Edouard Vuillard, fondateur du mouvement Nabi, revendiquait un "musée polyphonique" où tous les arts (peinture, sculpture, dessin, photographie, etc.) sont envisagés en lien avec la politique, le journalisme, la technique, l'environnement visuel. 

Avec 3,5 millions de personnes par an en moyenne, Orsay fait partie des dix musées les plus visités au monde, mais il est dix fois plus petit que les autres établissements de ce classement. "Un des grands défis de mon successeur sera de changer l'espace du musée", soulignait Guy Cogeval.  Ses collections, déjà fortes de 168.000 oeuvres, dont 4.400 exposées, viennent de s'enrichir de quelque 600 oeuvres (Bonnard, Vuillard, Redon)  offertes par un couple d'Américains, Spencer et Marlene Hays, soit la plus importante donation reçue par un musée français de la part d'un étranger depuis 1945. Quelque 140 oeuvres de Bonnard et Vuillard étaient déjà entrées grâce au collectionneur Jean-Pierre Marcie-Rivière. 

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !