Forte mobilisation des intermittents du spectacle en assemblée générale

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/02/2014 à 10H03
Assemblée générale des intermittents du spectacle, le 17 février 2014

Assemblée générale des intermittents du spectacle, le 17 février 2014

© WOSTOK PRESS/MAXPPP

Une assemblée générale des intermittents du spectacle a fait salle comble lundi soir au Théâtre du Rond-Point à Paris et appelé à des "ripostes pour marquer l'opinion publique et la presse", d'ici une première manifestation le 27 février et une seconde le 12 mars.

Des "actions symboliques" similaires à l'occupation du ministère de la Culture par une cinquantaine d'intermittents jeudi dernier vont être organisées d'ici la manifestation du 27 février, date de la prochaine séance de négociation sur l'assurance chômage, a indiqué Denis Gravouil, secrétaire général de la CGT Spectacle.

Des militants de FO, du Syndeac, qui représente les employeurs du spectacle, et de la coordination des intermittents se sont relayés devant une salle pleine de quelque 700 personnes, soit la plus forte mobilisation du secteur depuis des années.

Le Medef a jeté un pavé dans la mare jeudi dernier en proposant la suppression des annexes 8 et 10 applicables aux artistes et techniciens du spectacle vivant et leur alignement sur le régime général d'indemnisation du chômage, un geste qualifié de "provocation" par le gouvernement.

Filippetti pas prête à relever les seuils

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a accusé le Medef de vouloir "tuer la culture" dans une interview au Parisien dimanche."Ne boudons pas notre plaisir", a lancé lundi soir Denis Gravouil, "la ministre a été très claire en indiquant qu'elle n'était pas prête à relever les seuils (le nombre d'heures nécessaires pour être indemnisés)".

En revanche, elle n'a pas soufflé mot sur le mode de calcul. La CGT demande un calcul sur 12 mois des 507 heures requises, au lieu de 10 mois (techniciens) et 10,5 mois (artistes) aujourd'hui. Elle propose aussi une mesure d'économie, avec un plafonnement mensuel du cumul des salaires et des allocations chômages à 4.600 euros environ (175% du plafond de la sécurité sociale).

Préavis de grève et manifestations

Des préavis de grève vont être déposés pour les manifestations du 27 février et 12 mars (deuxième "marche de la culture" et veille de l'ultime séance de négociation). Le régime des intermittents, qui a bénéficié à quelque 112.000 personnes en 2012, accuse selon la Cour des Comptes un déficit de 1 milliard.

L'Unedic évalue pour sa part à 320 millions d'euros le surcoût du régime par rapport au régime ordinaire. Selon les syndicats, un intermittent sur deux n'est actuellement pas indemnisé et le régime, qui correspond à une précarité, n'est nullement un "privilège". Les partenaires sociaux se sont donné jusqu'au 13 mars pour parvenir à un accord sur l'assurance chômage, l'actuelle réglementation expirant fin mars.