Fleur Pellerin et le FN s'invectivent sur la culture via Twitter

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/08/2015 à 17H09
Fleur Pellerin (31 juillet 2015)

Fleur Pellerin (31 juillet 2015)

© Zihnioglu Kamil / SIPA

Le Front national considère la culture comme "une nuisance, une affaire de fainéants", selon Fleur Pellerin. La ministre de la Culture réagit alors que la municipalité FN de Fréjus veut obliger les artistes qu'elle héberge à garder des enfants.

"La culture pour le FN : un coût, une nuisance, une affaire de fainéants. Et surtout pas une lumière ou une émotion qui peut changer la vie", a tweeté Fleur Pellerin.
 
Jeudi, la ministre avait déjà critiqué le projet de la municipalité FN de Fréjus (Var) de demander à une quinzaine d'artistes et d'artisans d'art installés dans des locaux qu'elle leur loue à prix modérés, de participer en contrepartie, bénévolement, à l'accueil d'enfants dans le cadre de l'aménagement des rythmes scolaires.
              
Florian Philippot, vice-président du FN, a directement répondu sur Twitter  à la ministre de la Culture : "Vos tweets bien-pensants pour plaire au 1er  ministre ne masqueront pas votre soutien aux Traités TAFTA et TISA, anti-Culture", a-t-il écrit en référence au traité de libre-échange négocié  entre l'Europe et les Etats-Unis (Tafta) et au projet d'accord international  sur le commerce des services (Tisa).

Le FN veut baisser le budget de la culture en Ile-de-France             

"Vos tweets mal-pensants sont à rebours de l'identité humaniste, ouverte et généreuse de la France", lui a rétorqué la ministre dans un nouveau message.
              
Ces invectives interviennent au lendemain des déclarations du candidat Front national pour les régionales en Ile-de-France, Wallerand de Saint-Just, qui souhaite diminuer le budget de la région consacré à la culture de 35 millions d'euros en cas de victoire aux élections de décembre.
              
Par ailleurs, en Moselle, la fédération départementale du FN a réclamé l'annulation d'un spectacle du rappeur Maître Gims prévu le 14 août à Saint-Avold, estimant que le coût était trop élevé pour les finances publiques.