Fleur Pellerin et Clermont-Ferrand signent un pacte pour la culture

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/01/2015 à 19H28
Olivier Bianchi, le maire de Clermont-Ferrand

Olivier Bianchi, le maire de Clermont-Ferrand

© Pascal Chareyron / PhotoPQR / La Montagne / MAXPPP

La ministre de la Culture Fleur Pellerin a signé jeudi avec la ville de Clermont-Ferrand un premier "pacte pour la culture" engageant l'Etat et la capitale de l'Auvergne à maintenir pour trois ans leurs financements respectifs en faveur de la culture, sur fond de baisse des dotations aux collectivités.

"Clermont-Ferrand est la première collectivité qui a répondu présente à ma proposition de s'engager conjointement en faveur de la culture", a souligné la ministre. "Certes, le partenariat entre l'État et les collectivités est ancien. Mais il me semblait nécessaire de le réaffirmer en cette période de contrainte budgétaire. J'ai donc voulu soutenir les villes qui, au moment de dresser leurs  priorités budgétaires, ont placé la culture au coeur de leur projet", a ajouté Fleur Pellerin.
 
Le ministère et Clermont-Ferrand s'engagent à maintenir jusqu'en 2017 leurs engagements financiers dans l'éducation artistique et culturelle, le soutien à la création et l'accompagnement des artistes", ainsi que la préservation et la valorisation du patrimoine. Soit un peu moins de 5 millions par an pour l'État.
 
Clermont-Ferrand refuse de rogner sur la culture
 
Cette signature intervient alors que de nombreuses collectivités locales  -qui assurent les deux tiers du financement de la culture en France- ont choisi de raboter leur budget culturel pour faire des économies face à la baisse des dotations de l'État (11 milliards d'euros sur trois ans).
 
Ainsi Grenoble a supprimé sa subvention aux Musiciens du Louvre, tandis que Caen remet en cause sa convention avec les Arts Florissants de William Christie, en résidence depuis 25 ans.
 
"A Clermont-Ferrand, on se refuse à ce choix (...) La culture ne doit pas faire partie des variables d'ajustement (...) On fait donc d'autres choix, moins de ronds-points, moins de voiries", a déclaré à l'AFP le maire PS de la ville, Olivier Bianchi, qui fut adjoint à la culture pendant dix ans.
 
Fleur Pellerin signera lundi à Cambrai
 
La capitale auvergnate a lancé ces dernières années des projets culturels de grande ampleur telles qu'une scène nationale unique et la transformation partielle d'un hôpital du 18e siècle en bibliothèque-médiathèque.
 
"La ville a l'intime conviction que son développement, son attractivité, son rayonnement et son maintien d'un lien social harmonieux passent par le maintien d'une politique culturelle forte et volontariste", a ajouté Olivier Bianchi, qui tiendra en septembre 2015 des "États généraux de la culture" et projette de déposer d'ici dix ans la candidature de Clermont-Ferrand pour être Capitale européenne de la culture.
              
Le ministère doit signer lundi un autre pacte culturel avec Cambrai (Nord), avant d'autres villes.