Filippetti: les crédits de la création culturelle seront préservés

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/07/2013 à 11H33
Aurélie Filippetti à l'Elysée le 26 juin 2013

Aurélie Filippetti à l'Elysée le 26 juin 2013

© Eric Feferberg / AFP

Les crédits liés à la "création, qu'il s'agisse du spectacle vivant ou des arts plastiques", sont "sanctuarisés" dans le projet de budget 2014, a assuré jeudi la ministre de la Culture Aurélie Flippetti, en affirmant que les efforts demandés globalement au ministère l'an prochain (-2,8%) sont conformes à ce qui avait été prévu.

La ministre de la Culture, "triste de voir partir" du gouvernement son "amie" Delphine Batho, se garde bien de qualifier son propre budget de "mauvais", un terme qui lui a valu d'être limogée... "On participe, et c'est normal, à l'effort commun pour redresser les finances publiques. C'est un effort difficile, mais c'est en même temps notre mission de montrer que la politique culturelle est responsable et exigeante", dit-elle dans un entretien au Monde.fr. "Je présenterai mon budget début octobre, comme l'année dernière. Mais, pour l'heure, le budget culture n'a pas été mis davantage à contribution que ce qui avait été décidé l'année dernière dans le budget triennal."

"Les lignes budgétaires de la création - qu'il s'agisse du spectacle vivant ou des arts plastiques - sont sanctuarisées. Tous les crédits d'intervention dans les régions sur ces domaines seront préservés ainsi que tout ce qui concerne l'enseignement supérieur (écoles d'architectes, d'art, de photo)", ajoute-t-elle.

Revenant sur les critiques récentes de son prédécesseur Frédéric Mitterrand, qui lui a reproché une "approche totalement dogmatique de la culture", la ministre a dénoncé "une attaque politicienne et de bas étage pour défendre quelques intérêts privés". Et d'asséner : "Frédéric Mitterrand n'a pas laissé la trace d'un ministre qui avait un quelconque pouvoir pour imprimer sa marque sur une politique culturelle, ni en matière de nominations, ni en matière de réformes structurelles."

Frédéric Mitterrand persiste dans ses critiques
Frédéric Mitterrand, invité jeudi matin sur RTL, est revenu à la charge contre de récentes nominations et le budget en baisse du ministère en visant François Hollande: "Ce n'est pas un problème de personne à l'égard d'Aurélie Filippetti, ce serait plutôt un problème à l'égard du président de la République qui ne s'intéresse pas à la Culture". Le budget du ministère "aurait dû être préservé", a regretté l'ex-ministre de Nicolas Sarkozy. François Hollande "veut réenchanter la France et il diminue la culture, allons, ce n'est pas sérieux", a-t-il lancé.