[FEUILLETON] Les mystères de Londres, de Jack l'éventreur à Sherlock Holmes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/12/2014 à 16H30
Londres dans la brume

Londres dans la brume

© Manuel Cohen/AFP

Le feuilleton du 13 h de France 2 nous emmène toute cette semaine à Londres, plus précisément dans le Londres de l'époque victorienne. C'est à cette époque que Arthur Conan Doyle, Charles Dickens ou Bram Stoker vont faire naître les plus grands personnages de la littérature britannique. Partons sur les traces de Jack l'éventreur, d'Elephant Man ou de Dracula. Frissons garantis.

Pour cette série, nous avons réalisé de nombreuses reconstitutions pour vous  faire mieux plonger dans l'ambiance de ce Londres brumeux, aux pavés humides qui a inspiré les plus grands.

Une série réalisée par: L. De La Mornais, O.Kizilates, C. Obert, E.Dherbomez

Jack l'Eventreur
A l'ouest de la ville, au 19e siècle, la bourgeoisie se réunit dans des salons, s'amuse à se faire peur, invoque les morts, invente des histoires de fantômes. C'est à cette époque que Mary Shelley écrit son Frankenstein et que Richard Mansfield incarne le terrifiant docteur Jekyll et mister Hyde. A l'est, le tableau est tout autre : mortalité infantile, chômage, alcoolisme... La population souffre dans l'indifférence totale du reste du pays. Pour eux pourtant, la peur est bien réelle.
A l'automne 1888, un homme terrorise un quartier malfamé de l'est de Londres. En l'espace de dix semaines, l'assassin de Whitechapel aura fait officiellement cinq victimes, cinq prostituées sauvagement mutilées. La violence des meurtres choque profondément l’ensemble des Londoniens. L'affaire est sur toutes les lèvres : la toute jeune presse à scandale rapporte les faits jusque dans les moindres détails, et publie notamment des lettres que l'on pense envoyées par l'assassin, dans lesquelles il se présente sous le nom de "Jack the ripper", Jack l'éventreur.

L'identité de cet homme, dont les historiens s'accordent à dire qu'il habitait le quartier de Whitechapel, n'a jamais été découverte. La police de l'époque a répertorié plus d'une centaine de suspects, dont l'écrivain Arthur Conan Doyle ainsi que l'infortuné Elephant Man, sans jamais avoir la certitude que le nom du meurtrier figurait sur cette liste. Est-il possible, plus de 120 ans après, de découvrir le fin mot de l'histoire? Pour l'heure, le mystère reste entier...

Le comte Dracula
Le roman de Bram Stoker n'est pas le premier du genre, mais c'est celui qui va cristalliser notre imaginaire. C'est à Londres, et non en Roumanie, que le mythique Dracula a vu le jour. L'écrivain s'est inspiré des légendes roumaines et a emprunté le nom du héros national Vlad l'Empaleur, Comte de Dracula (qui signifie Dragon en roumain) pour créer son personnage. Depuis 1897, le nom de Dracula est indissociable de l'image du vampire aux dents pointues qui n'aime pas l'ail. Il est également étroitement lié à la ville de Londres et au quartier de Piccadilly.

L'auteur irlandais place une grande partie de son intrigue dans la capitale britannique, où le comte Dracula achète plusieurs propriétés. Il fait venir d’Angleterre le jeune Jonathan Harker, et quitte son château de Transylvanie pour venir créer une nouvelle race de vampires à Londres. En parfait gentleman, Dracula se fond dans la foule, et repère ses victimes dans les beaux quartiers de Londres, insoupçonné...

Le roman de Bram Stoker est un succès dès sa première publication. Les Anglais aiment s'imaginer qu'il existe parmi eux des êtres immortels, suceurs de sang, que l'on peut éliminer à l'aide d'un simple pieu planté dans le cœur. Dans les années 1970, on croit apercevoir l'une de ces créatures à Highgate. Le cimetière devient le terrain de chasse des traqueurs de vampires.

Aujourd'hui encore, les histoires de vampires sont très populaires outre-Manche et la légende de Dracula encore bien vivante. Le cinéaste Francis Coppola, tout en respectant l'oeuvre de Stoker, lui a donné une dimension plus passionnelle: Dracula vient alors à Londres car il a vu le portrait de Mina, la fiancée de Harker, et croît reconnaitre une femme qu'il a jadis aimé....

Sherlock Holmes

Le détective privé Sherlock Holmes, inventé par le médecin écossais Sir Arthur Conan Doyle en 1887, intrigue toujours les Britanniques, si ce n'est le monde entier. Personnage de fiction apparu pour la première fois sous forme de nouvelles dans The Strand MagazineSherlock Holmes reçoit encore aujourd'hui chaque jour des dizaines de lettres à son domicile du 221B Baker Street. Dans leurs missives, des hommes et des femmes de Grande-Bretagne, d'Europe ou de Chine demandent de l'aide au détective, qu'ils pensent être réel.

L'adresse existe bel et bien, c'est aujourd'hui un musée dédié à Sherlock Holmes et à son ami le docteur Watson. Dans leurs aventures, les deux protagonistes parcourent la ville de Londres en fiacre. Conan Doyle pourtant connaissait peu la capitale. Le médecin écrivait ses histoires à l'aide de cartes détaillées de la ville.

Le personnage réel qui se rapproche le plus de Sherlock Holmes est en réalité...l'ancien professeur de Conan Doyle, quand il était étudiant en médecine à Edimbourg, le docteur Joseph Bell. Un homme qui bluffait ses étudiants car il avait une capacité incroyable a établir des diagnostics juste par simple déduction, en prenant en compte les indices, les comportements de ses patients.

Héros emblématique du Londres victorien, détective le plus célèbre au monde grâce à son incroyable et quelque peu mystérieux pouvoir de déduction, le personnage de Sherlock Holmes est le plus adapté de l'histoire du cinéma et de la télévision. La série britannique Sherlock l'a récemment remis au goût du jour en plaçant Sherlock Holmes dans le Londres moderne. La série a connu un grand succès, preuve que 127 ans plus tard, Sherlock Holmes passionne toujours.
 


Elephant Man 

Personnage de foire que l'on a longtemps regardé comme un monstre, the Elephant Man, ou plus exactement Joseph Carey Merrick, est le quatrième grand nom de notre série sur les mystères de Londres. Né à Leicester (centre de l'Angleterre) en 1862, il développe très jeune une maladie de la peau - que l'on pense proche du syndrome de Protée - qui déforme son visage ainsi qu'une partie de son corps.
 

Lorsque sa mère meurt, le père de Joseph l'envoie faire du porte à porte pour gagner un peu d'argent. Son apparence lui rend la tâche difficile. Maltraité par son père et sa belle-mère, Joseph quitte le domicile familial à 17 ans pour aller vivre dans une "maison de travail". Après cinq ans, Joseph Merrick arrive à Londres pour être exposé dans une "foire à monstres" de Whitechapel, située tout en face du London Hospital.

Les Londoniens sont curieux de voir celui que l'on appelle "l'homme éléphant", et c'est de cet intérêt voyeuriste pour l'a-normal que Merrick gagne un peu sa vie. Il sera néanmoins soupçonné, à tort bien sûr, d'être l'insaisissable Jack l'Eventreur.

Après avoir eu vent de son existence, un médecin du London Hospital, le docteur Frederick Treves, invite Joseph à être à examiné et photographié à l'hôpital. Ce sera le seul homme qui lui témoignera de la compassion et une forme d'amitié, et ne le regardera pas comme un monstre.

La science et la médecine ne peuvent rien pour le jeune homme, mais il lui est néanmoins permis, grâce à des dons de particuliers envoyés à l'hôpital, d'y avoir ses quartiers et d'en faire sa résidence. Il mourra à l'âge de 27 ans, asphyxié dans son sommeil.

Plusieurs mystères planent toujours autour de la vie et de la mort d'Elephant Man : quelle était la maladie exacte dont il souffrait, et quelles sont les raisons qui l'ont conduit à s'allonger dans son lit, le soir de sa mort. Joseph Carey Merrick ne pouvait pas dormir allongé comme vous et moi, il savait que s'endormir de cette façon pouvait lui coûter la vie...


Ebenezer Scrooge

C'est peut-être le personnage le moins connu du public français, et pourtant ici en Angleterre, qui n'a pas entendu parler du cynique Scrooge de Charles Dickens dans A Christmas Carol. Dans son roman publié en 1843, Dickens raconte l'histoire d'un vieil homme avare et grincheux nommé Ebenezer Scrooge.



Le soir de Noël, le fantôme de son ancien partenaire d'affaires lui rend visite et lui annonce le venue de trois autres esprits, celui des Noëls passés, présents et à venir. Leur visite transforme le vieil homme, qui devient plus doux et plus aimable.

Une histoire de fantômes le soir de Noël, forcément, ça ne pouvait que plaire à nos voisins britanniques. A Christmas Carol est encore aujourd'hui un classique que l'on relit volontiers au moment des fêtes.

Si vous souhaitez réellement vous confronter au surnaturel, il faut alors aller dans les pubs. Nombre d'entre eux sont hantés à Londres. L'un des plus célèbres est le Spaniards, à Hampstead. Dans cette bâtisse historique de 1585, où Bram Stoker situe des passages du roman Dracula, l'association britannique des chasseurs de fantômes vient une fois par an pour tenter de communiquer avec l'au delà... Le directeur de ce pub extraordinaire est un français, il vit et dort à l'étage, et ses histoires... ne vous donneront pas envie d'être à sa place. 




 


Suivez "Les mystères de Londres" avec notre équipe de London Box