Décès de Gustav Metzger, inventeur de l'art autodestructif

Par @Culturebox
Publié le 03/03/2017 à 16H35
Gustav Metzger en 2004 à Londres, et une de ses oeuvres à la Serpentine Gallery de Londres en 2009

Gustav Metzger en 2004 à Londres, et une de ses oeuvres à la Serpentine Gallery de Londres en 2009

© A gauche, Stuart Clarke / Shuttest / SIPA - A droite © Steve Maisey / Photoshot / MaxPPP

L'artiste britannique Gustav Metzger, militant anticapitaliste et pionnier de la lutte pour l'environnement, inventeur de l'art autodestructif qui avait aussi prôné la "grève de l'art", est décédé mercredi à son domicile londonien à l'âge de 90 ans.

Gustav Metzger était né en 1926 à Nuremberg, de parents juifs polonais. Il avait fait partie en 1939 du "Kindertransport", une opération humanitaire de la Grande-Bretagne qui avait accueilli 10.000 enfants juifs d'Allemagne, d'Autriche et de Tchécoslovaquie. Mais ses parents avaient péri dans les camps nazis. Il avait choisi depuis de rester apatride.
 
Gustav Metzger avait étudié les arts plastiques à Cambridge, Londres, Anvers et Oxford. Il avait abandonné la peinture en 1959 pour créer des œuvres avec des objets du quotidien ou des matériaux industriels ou amenés à se dégrader. Il utilisait des vieux journaux, des toiles rongées par l'acide, des détritus, faisait évaporer une goutte sur une plaque brûlante.

En 1959, il rédigeait un manifeste de l'art autodestructif où il soulignait la fascination de la société occidentale pour la destruction. Il y dénonçait "les marchands d'art et les collectionneurs, qui manipulent l'art moderne pour le profit", rapporte The Guardian. Selon le quotidien, c'est son influence qui a amené Pete Townshend, des Who, à casser ses guitares sur scène.

Engagé dans les questions environnementales

Une rétrospective Gustav Metzger a ouvert ses portes il y a trois semaines au MAMAC (Musée d'art moderne et d'art contemporain) de Nice (jusqu'au 14 mai 2017). Elle met l'accent notamment sur l'implication précoce de l'artiste dans les questions environnementales. Dès 1960, Metzger avait déclaré dans un de ses manifestes : "L'art autodestructif démontre la puissance de l'homme à accélérer les processus de désintégration de la nature et à le mettre en œuvre", souligne le musée.
 
Dès les années 1960, il s'était engagé dans les grandes questions environnementales. Selon le MAMAC, il a contribué à l'aube des années 1960 à la redéfinition de l'art et de la notion d'auteur, en créant des performances, des œuvres à réaliser ou réinventer d'après des instructions.

Il avait appelé à une grève de l'art

En 1970, il avait fait circuler dans Londres une voiture "arrangée", Mobbile : un grand cube transparent contenant des plantes vertes était fixé sur son toit et était raccordé à son pot d'échappement. Les végétaux lentement asphyxiés par les vapeurs mettaient en évidence un phénomène d'intoxication du vivant.
 
En 1974, il avait appelé les artistes à arrêter de produire de l'art entre 1977 et 1980, à faire une grève de l'art, rapporte The Guardian.

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !