Brésil : après les polémiques, retour annoncé d'un ministère de la culture

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/05/2016 à 15H40
Artistes et activistes protestent contre la suppression du ministère de la Culture, le 16 mai, en occupant le "Capanema Palace", siège du ministère à Rio. 

Artistes et activistes protestent contre la suppression du ministère de la Culture, le 16 mai, en occupant le "Capanema Palace", siège du ministère à Rio. 

© WILTON JUNIOR / ESTADAO CONTEUDO / Agência Estado

Le président brésilien par intérim Michel Temer va rétablir le ministère de la Culture, a-t-on appris le 21 mai de source officielle et attribuera le portefeuille à l'actuel secrétaire d'Etat à la culture, Marcelo Calero. Le 12 mai, le nouveau gouvernement avait placé les activités de la culture sous la tutelle du ministère de l'Education.

La suppression du ministère de la Culture, l'une des premières mesures prises par Michel Temer en tant que président par intérim après la mise à l'écart  temporaire de Dilma Rousseff, avait suscité une vague de protestations dans les milieux artistiques brésiliens.

Apaiser les esprits 

Le rétablissement du ministère de la Culture sera formalisé la semaine prochaine, a déclaré le ministre de l'Education, Mendonça Filho. "J'ai discuté avec le président Temer de la décision de recréer le  ministère de la Culture. L'engagement du président envers la culture est total", a écrit le ministre sur son compte Twitter. "C'est un geste du président Temer dont le sens est d'apaiser les esprits  et de se concentrer sur un objectif majeur, la culture brésilienne", a ajouté Mendonça Filho.

Il a indiqué que l'actuel secrétaire d'Etat à la Culture rattaché au ministère de l'Education, Marcelo Calero, serait nommé ministre de la Culture. Michel Temer, qui était vice-président sous la présidence de Dilma Rousseff, a été l'un des principaux artisans de sa chute. La présidente a été écartée du pouvoir par le Sénat dans l'attente de son jugement dans la procédure de destitution engagée contre elle.

Les protestations

La suppression du ministère de la Culture a suscité de nombreuses protestations de personnalités artistiques brésiliennes comme le musicien Caetano Veloso. Le 16 mai, le bâtiment du ministère de la Culture a été occupé par des centaines de manifestants aux cris de "Temer, dégage !" et "Putschistes, fascistes, vous ne passerez pas !". Depuis le début de la crise politique brésilienne, Dilma Rousseff dit être victime d'un "coup d'Etat" institutionnel.