Affluence habituelle pour la réouverture du musée du Louvre

Par @Culturebox
Mis à jour le 04/02/2017 à 16H46, publié le 03/02/2017 à 12H24
Le public de retour sur les lieux de l'attentat, février 2017

Le public de retour sur les lieux de l'attentat, février 2017

© Capture d'écran

Fermé vendredi suite à l'attaque à la machette contre des militaires en patrouille à l'entrée de la galerie marchande du Carrousel, le musée du Louvre a rouvert samedi. Les touristes se pressaient en nombre aux entrées du musée du Louvre qui a rouvert vers 9H30. Le musée était resté fermé vendredi après-midi "pour le sécuriser".

Si les touristes étaient un peu moins nombreux qu'un samedi matin habituel à patienter à l'entrée extérieure de la Pyramide, deux longues files d'attente, composées majoritairement de visiteurs chinois, étaient visibles au Carrousel, en sous-sol, avant le passage du portique de sécurité.

L'une des entrées du Carrousel, celle par laquelle était entré vendredi l'homme ayant attaqué des militaires avec deux machettes, est toutefois restée fermée samedi, a indiqué le musée. L'établissement précise qu'"aucune mesure de sécurité particulière" n'a été mise en oeuvre en plus de celles déjà appliquées dans le cadre du plan Vigipirate.

Ce que l'on sait de l'agression

Les faits se sont produits vers 10h dans l'escalier qui descend dans le Carrousel du Louvre, la galerie marchande en sous-sol située sous le musée le plus fréquenté au monde.

Un homme "armé d'une machette au moins, peut-être d'une deuxième arme" s'est avancé vers quatre militaires de la force Sentinelle en proférant des "menaces" et en criant "Allah Akbar", a déclaré à la presse le préfet de police de Paris Michel Cadot.

L'un des militaires de l'opération Sentinelle, semble-t-il le militaire le plus proche, a tiré à cinq reprises pour se défendre sur l'agresseur et l'a grièvement blessé, notamment au ventre. L'agresseur a été conduit à l'hôpital et son pronostic vital était engagé vendredi à la mi-journée. Son état de santé "s'est amélioré" et "son pronostic vital n'est plus engagé", a indiqué samedi une source proche de l'enquête.

Un des militaires, qui a d'abord essayé sans succès de maîtriser l'agresseur, a été légèrement blessé au cuir chevelu. Conduit à l'hôpital militaire de Percy, il "va bien" et devait rejoindre vendredi soir son unité, a indiqué le ministre de la Défense Yves Le Drian.

Ce dernier, qui s'est rendu sur place avec les ministres de l'Intérieur Bruno Le Roux et de la Culture Audrey Azoulay, a loué "le sang-froid, le courage et le professionnalisme" de l'unité militaire qui a fait face à l'agression. 

Reportage : A. Comte, F. Crotta, S.Perez, T. Le Bras, J. Duboz, M. Cazaux, B. Rimbert

Un dispositif de sécurité déployé aux abords du Louvre

Plus d'un millier de personnes se trouvant dans le musée ou la galerie du Carrousel ont été confinées. Le temps que tout danger soit écarté et notamment que les démineurs s'assurent que les deux sacs à dos de l'assaillant ne contiennent pas d'explosifs.
 
Des policiers vêtus de gilet pare-balles interdisaient les accès au musée, au jardins et au Carrousel, selon le porte-parle du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet.
 
Peu après midi, les personnes confinées ont commencé à sortir par grappes.

Une enquête a été ouverte

"Je pense qu'il s'agit d'une attaque d'une personne qui avait une volonté d'agresser évidemment, qui était directement menaçante et qui proférait des propos laissant penser qu'elle souhaitait le faire dans un cadre terroriste", a ajouté Michel Cadot.

Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête de flagrance pour "tentatives d'assassinats aggravées en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle".